Vidéo,l’exode des jeunes tunisiens vers l’Italie

 
 
Dans la vidéo tournée par Mondafrique, nous découvrons comment le port luxuriant de Zarzis, à quarante kilomètres de la frontière libyenne, est un des points de départ d’une émigration massive de Tunisiens vers l’Italie ou la France.
Le port de Zarzis fut longtemps un havre de paix où les Tunisiens vivaient de pêche, de la culture des oliviers, de tourisme et grâce aux transferts d’argent de très nombreux émigrés. Aujourd’hui, les jeunes cherchent, dès leur plus jeune âge à quitter leur ville natale pour gagner illégalement l’Europe et l’Italie

Nous avons retrouvé des images d’archives sur le départ du premier chalutier bourré de clandestins qui quitte la Tunisie peu après le départ du dictateur tunisien vers l’Arabie Saoudite.

La pauvreté et la crise provoquent un exode massif des jeunes de ce pays vers l’Europe. Le nombre de Tunisiens arrivés illégalement en Italie atteint plusieurs milliers par an.

La plupart s’embarquent  depuis l’île de Kerkena, à quelques kilomètres de la grande ville de Sfax, ou du port de Zarzis, où nous nous sommes rendus.

Previous article« Les écarts de jugement » de BHL sur Zemmour
Next articleL’Afrique doit se retrousser les manches !
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)