Nicolas Beau: « En Algérie, il n’y a pas un Hirak, mais plusieurs »

Partages

Dans cet entretien accordé à l’excellent site Oumma.com basé en France, Nicolas Beau, directeur de Mondafrique, aborde plusieurs sujets d’actualité en Algérie: les valeurs portées par le Hirak, l’absence de leadership du mouvement populaire, la stratégie de l’armée ou encore l’aide de la France au régime finissant de Bouteflia

Dans cet entretien réalisé le 5 septembre, le directeur de Mondafrique dévoile les grandes manœuvres déployées par la France pour sauver à tout prix le régime de Bouteflika. évoque notamment des réunions qui ont eu lieu à Paris, entre la DGSE ( services secrets français) et l’attaché militaire algérien, lequel croupit depuis en prison en Algérie. Cet attaché militaire était par ailleurs un proche du général Tartag, coordinateur des services algériens auprès de la Présidence algérienne sous Bouteflika, qui a également été arrêté en mai 2019 pour complot contre l’Etat.

Vers un modèle à la turc?

Le directeur de Mondafrique revient également sur les valeurs portées par les immenses mobilisations populaires en Algérie. Selon lui, les manifestants dans les wilayas de l’intérieur ne revendiuqent pas nécessairement le même modèle de gouvernement que les élites urbanisées et francophones qui défilent à Alger ou à Paris

Partages
Previous articleCentrafrique, l’accord de Khartoum moribond
Next articleMohamed Bouamatou: « je félicite le peuple tunisien »
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)