Vaccins, le Maroc joue Pékin et l’Algérie Moscou

Partages

Chacun son camp sanitaire. Alors que les Marocains ont choisi le vaccin chinois, les Algériens jouent la carte russe

Le ministère marocain de la Santé devrait annoncer, avant la fin d’année, l’enregistrement du vaccin de Wuhan développé par le laboratoire chinois Sinopharm. Cette ouverture du Maroc vers la Chine sur le plan sanitaire, alors que le pays vient de bénéficier d’un sérieux geste américain sur le Sahara, est à mettre au crédit d’une diplomatie apparemment efficaceet éclectique.

Alger choisit le vaccin russe

Cette annonce d’u chois marocain en matière de vaccins n’a guère été apprécié par les autorités algériennes qui avaient pourtant reçu un sérieux coup de main du régime de Pékin qui livrait, voici quelques mois, du matériel sanitaire sophistiqué aux Algériens..« L’Algérie s’apprête à signer un contrat avec la Russie pour l’acquisition du vaccin « Sputnik V » afin d’entamer la campagne de vaccination contre le coronavirus Covid-19 en janvier prochain », rapporte ce mercredi 23 décembre 2020 le quotidien El Watan.

L’Algérie rejoint ainsi la Hongrie, le Bélarus, l’Inde ou les Emirats arabes unis dans la liste des pays testant ce vaccin russe. « Ces pays ont, rappele El Watan, participé aux essais cliniques pour tester le vaccin ».

Distribué à Mouscou le 5 décembre dernier, ce vaccin contre le coronavirus nécessite deux injections, la deuxième dose 21 jours après la première. Le Fonds souverain russe et l’Institut de recherche Gamaleïa ont vanté l’efficacité de Sputnik V, actuellement en phase 3 d’essais cliniques auprès de 40 000 volontaires. 

Partages
Previous articleLa Tunisie s’algérianise
Next articlePrésidentielle Niger, « tout sauf Bazoum »
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)