La ruée vers le pétrole dévaste les forêts d’Afrique de l’Est

Le New York Times a enquêté longuement sur un projet de forage pétrolier et d’oléoduc en Ouganda et en Tanzanie qui dévaste la forêt et l’habitat naturel de millions d’animaux sauvages. Le méga projet du pétrolier français Total pourrait menacer plus de 12 000 familles d’après des ONG. Les gisements, situés au cœur d’une réserve naturelle, auront également des répercussions sur des écosystèmes extrêmement sensibles.

Six groupes environnementaux et de défense des droits humains ougandais et français ont poursuivi TotalEnergies pour violation d’une loi française qui oblige les entreprises françaises à respecter les droits humains

 

« Sous l’ombrage dense de la forêt abritant des éléphants, des oiseaux rares et des singes, des bulldozers rugissants et des excavatrices brisent l’idylle, renversant des arbres centenaires et sculptant des routes pour atteindre la nouvelle source de richesses de l’Ouganda : le pétrole » affirme le New York Times.

Une ruée vers le pétrole est en cours en Ouganda, un pays verdoyant et enclavé d’Afrique de l’Est qui a signé une coentreprise de plusieurs milliards de dollars avec des compagnies pétrolières françaises et chinoises, arguant que les revenus financeront des écoles, des routes et d’autres développements.

À travers les forêts de Tanzanie

Le forage a déjà commencé sur les rives du lac Albert et, dans l’habitat vierge du parc national Murchison Falls, les travailleurs nettoient des zones pour poser des plateformes pour les puits de pétrole. Des terres sont acquises et défrichées pour construire un oléoduc destiné à transporter le pétrole de l’ouest luxuriant de l’Ouganda enclavé, à travers les forêts et les réserves de chasse en Tanzanie, jusqu’à un port sur la côte de l’océan Indien.

Les habitants des deux pays ont été déplacés de leurs terres, ce qui a suscité des critiques et des poursuites judiciaires internationales. Les écologistes s’inquiètent du fait que les déversements de pétrole pourraient menacer le lac Victoria, une source vitale d’eau douce pour 40 millions de personnes, et ravager le parc qui protège Murchison Falls, l’une des cascades les plus puissantes du monde, où le Nil rugit à travers une gorge étroite.

Une ruée vers le pétrole est en cours en Ouganda, un pays verdoyant et enclavé

En Ouganda et en Tanzanie, de petits agriculteurs vivant dans des maisons en briques de boue avec des toits de chaume ont été expropriés sans jamais avoir été indemnisés. La compagnie de pipeline leur a interdit de planter des cultures commerciales vitales comme les bananes, qui paient la nourriture et les frais de scolarité de leurs enfants.

« Ils ne pensent qu’aux étrangers qui achèteront leur pétrole, pas à nous qui possédons la terre », a déclaré Sarah Natukunda, 39 ans, mère de cinq enfants à Kijumba, un village de l’ouest de l’Ouganda, qui a attendu des années avant d’être payée pour sa terre. À ce moment-là, la somme était trop faible pour acheter une propriété similaire à proximité où les prix des terrains avaient pris de la valeur, a-t-elle déclaré, et la société pipelinière a refusé d’augmenter son prix..

Des villages de pêcheurs ainsi que les agriculteurs ont été déplacés. Sur les rives du lac Albert, la China National Offshore Oil Corporation a commencé les premiers forages pétroliers en janvier. Babihemaiso Dismas, un chef de village, a déclaré que China National dit aux pêcheurs de rester à l’écart du lac pendant des jours à cause du forage, les privant de nourriture et de revenus. « Ils creusent des millions de dollars sur nos terres, mais ils ne veulent pas les partager », a-t-il déclaré. « Ils traient la vache sans la nourrir. »

Ruth Nankabirwa Ssentamu, ministre ougandaise de l’Énergie et du Développement minier

Les responsables ougandais et tanzaniens défendent le projet comme étant économiquement vital. Ruth Nankabirwa Ssentamu, ministre ougandaise de l’Énergie et du Développement minier, a déclaré dans une interview au New York Times que les recettes du pétrole – estimées à 2 milliards de dollars par an – fourniront de l’argent pour les routes, les hôpitaux et l’énergie abordable.

Les deux pays accusent les pays riches dont les émissions ont largement créé la crise climatique d’hypocrisie pour avoir tenté de dissuader les pays pauvres d’exploiter leurs propres ressources pétrolières pour élever leur niveau de vie.

TotalEnergies sur le banc des accusés

TotalEnergies a reconnu avoir retardé certaines indemnisations parce que les investissements n’avaient pas encore été réalisés et que la pandémie de coronavirus avait causé des problèmes logistiques. Les deux pays ont décidé de verser aux personnes touchées une indemnisation supplémentaire de 15 pour cent en Ouganda et d’environ 12 pour cent en Tanzanie. Il a également déclaré qu’il avait créé des mécanismes permettant à toute personne lésée de se plaindre. China National n’a pas répondu aux demandes répétées de commentaires.

Six groupes environnementaux et de défense des droits humains ougandais et français ont poursuivi TotalEnergies pour violation d’une loi française qui oblige les entreprises françaises à respecter les droits humains et les protections environnementales. Le tribunal a rejeté l’affaire fin février, invoquant des raisons de procédure, mais les militants ont promis de continuer à se battre contre TotalEnergies devant et hors du tribunal.

Le financement du pipeline n’a pas été finalisé et les activistes ont réussi à persuader certaines des plus grandes banques du monde de ne pas le soutenir. Plusieurs groupes de défense des droits de l’homme et de l’environnement ont récemment déposé une plainte auprès du gouvernement américain contre Marsh, une société basée à New York qui aurait assuré l’oléoduc.

La ruée vers le pétrole a déjà entraîné un flot de travailleurs, de nouveaux hôtels et des routes éclairées dans la région de Hoima, dans l’ouest de l’Ouganda.

Mais les activistes affirment que TotalEnergies et ses partenaires ont gonflé le  nombre d’emplois que le projet créera, minimisé  dans un premier temps l’ampleur des forages dans le parc Murchison et sous-estimé l’impact total du projet sur le climat.

Les sites de forage et le pipeline traverseront également des réserves de gibier et des steppes grouillant d’animaux comme les lions, les buffles et la girafe Rothschild en voie de disparition que les touristes affluent pour voir. Les activistes avertissent que le projet endommagera l’habitat et l’industrie vitale du tourisme.

Déjà, des véhicules roulant à toute vitesse sur la route pavée de Murchison ont tué des animaux. La construction a poussé des éléphants et d’autres animaux dans les villages, où ils détruisent les cultures et endommagent les biens, disent les militants. Au pic de production, les militants du climat estiment que  le projet est-africain entraînera 34 millions de tonnes métriques d’émissions de carbone par an, soit plus que les émissions totales actuelles de l’Ouganda et de la Tanzanie.

 

 

 

Images

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Top_of_the_falls_-_Murchison_Falls_National_Park_Uganda_04.jpg

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a8/Uganda-Tanzania_Proposed_Pipeline.jpg/640px-Uganda-Tanzania_Proposed_Pipeline.jpg