Un travail sur les milices d’autodéfense Burkinabé primé

Partages

Remis dans le cadre du festival de photojournalisme Visa pour l’image, le Visa d’or de l’information numérique a été décerné ce jeudi 6 septembre aux journaliste et photographe belges Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies pour leur enquête sur les Koglweogo, des milices d’autodéfense burkinabè.

C’est à l’unanimité que le jury du Visa d’or de l’information numérique a choisi de récompenser Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies pour leur enquête « Koglweogo, miroir d’une faillite d’Etat », publiée sur le site de La Libre Belgique. Son président, le photojournaliste Samuel Bollendorf, a salué « un projet porté par un très bon travail photographique et sonore qui ne cherche pas à se détourner des fondements du journalisme sur le web pour proposer une narration sans effets, au service de l’enquête ».

Familiers des terrains africains, Valentine Van Vyve et Olivier Papegnies ont suivi pendant un mois ces milices citoyennes apparues en 2015 au Burkina Faso. Le sujet est sensible, car il illustre l’impuissance des autorités face à l’insécurité rampante. Les Koglweogo, dont le nom signifie « gardiens de la forêt » en langue moré, sont à la fois policiers, juges et bourreaux. Le nombre de ces groupes d’autodéfense est estimé à 4 400 dans le pays et chacun d’entre eux compte au moins 21 membres.
Partages
Article précédentLibye (4/4), les Frères Musulmans, une minorité agissante
Article suivantMali, la vaine et dangereuse guérilla des opposants
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)