Un otage libéré par l’armée américaine au Nigeria

Partages

Dans la nuit de vendredi à samedi, les forces spéciales américaines ont libéré Philip Walton, qui avait été enlevé il y quelques jours au Niger, près de la frontière du Nigeria.

« Les forces américaines ont mené une opération de libération d’otage tôt le 31 octobre dans le nord du Nigeria pour libérer un citoyen américain retenu en otage par un groupe d’hommes armés », a indiqué Jonathan Hoffman, porte-parole du Pentagone, dans un communiqué. 

Dans un communiqué distinct, le département d’Etat a salué « le courage et les capacités de nos militaires, l’appui de nos professionnels du renseignement et nos efforts diplomatiques. » « Nous n’abandonnerons jamais les citoyens américains pris en otages », a-t-il affirmé.

Selon la télévision ABC, le SEAL Team 6, unité d’élite antiterroriste américaine, a pu secourir Philip Walton lors d’un assaut lancé rapidement, avant que les ravisseurs n’aient eu le temps de s’éloigner avec leur otage ou de le céder à un groupe terroriste. Six des sept ravisseurs ont été tués lors de l’assaut, le dernier ayant pris la fuite à pied. Aucun blessé n’est à déplorer au sein des militaires.

Philip Walton, 27 ans, avait été enlevé le 26 octobre dans sa ferme à quelques kilomètres de Konni, près de la frontière du Nigeria, où il vivait avec sa femme, sa fille et son frère.

Les gouvernements du Niger, du Nigeria et des Etats-Unis ont collaboré dans cette opération. La CIA a fourni les renseignements sur la position de l’otage qui ont ensuite été précisées par les forces spéciales de la Marine de guerre américaine en Afrique. Le Président Donald Trump a qualifié dans un tweet l’opération de « grande victoire pour nos forces spéciales américaines d’élite ».

Partages