Un jeune livreur algérien expulsé pour propos antisémites

Food delivery on bicycle. Panning technique, blued motion
Partages

Un jeune ressortissant algérien de 19 ans a été condamné à quatre mois de prison pour avoir tenu des propos antisémites, avec obligation de quitter le territoire

C’est un livreur comme beaucoup d’autres qui s’est présenté ce jeudi au tribunal de Strasbourg, rapporte une radio locale. Survêtement de sport sur les épaules, ce jeune migrant, d’origine algérienne, est venu en France il y a un an, des rêves de football plein la tête, inscrit d’ailleurs dès son arrivée, au FC Kronenbourg de Strasbourg.

D’allure sportive, il nie tout antisémitisme. « J’ai demandé l’origine de la cuisine parce que je suis nouveau dans le métier, je suis curieux« , explique le livreur dans son box. « Alors pourquoi avoir annulé les commandes ?« , interroge le président. « Car je me suis rendu compte sur place que les livraisons n’étaient pas rentables« . Les deux restaurateurs, présents à l’audience, remuent sur leur siège. « C’est faux » souffle l’un d’eux dans son masque. Le tribunal leur donnera raison.

Ce jeune ressortissant algérien, Dhia Eddine D, était hébergé par la Croix rouge. Il séjournait irrégulièrement sur le territoire française après avoir grillé son visa touristique qui lui avait permis de venir en France il y a cela plus d’une année. Ce jeune algérien fait, désormais la Une de tous les médias français.

Coursier chez Delliveroo, il s’était présenté auprès de deux restaurants de Strasbourg. L’un d’eux propose des spécialités méditerranées cacher et l’autre des sushis. Les deux établissements distants de quelques centaines de mètres appartiennent à la même famille. Après s’être enquis des spécialités de ces établissements, il avait annulé les commandes en déclarant qu’il « ne livrait pas les Juifs », selon le témoignage d’un de ses interlocuteur. Deux plaintes avaient été déposées par des restaurateurs strasbourgeois.

L’antisémitisme de ce livreur a suscité une polémique en France où plusieurs associations sont montées au créneau pour se constituer partie civile et réclamer des sanctions judiciaires. Deux restaurateurs sont à l’origine de cette action judiciaire qui a fait grand bruit et ils ont été rapidement soutenus par le consistoire israélite du Bas-Rhin, une région de l’est de la France, et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme qui ont également porté plainte dans cette affaire. Le député Meyer Habib, vice-Président LRM de la commission des Affaires étrangères, a déclaré enfin sur Twitter : « Le livreur Deliveroo qui refuse de livrer des juifs arrêté et jugé demain en comparution immédiate. Son nom: Dhia Eddine D. Algérien ! Sans papier et antisémite ! On attend la sanction ! »

Partages
Previous articleLa Tunisie livrée aux pressions des lobbys
Next articleCe bourbier malien qu’Emmanuel Macron voudrait enterrer
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)