Tunisie, lorsque René Trabelsi soutenait Ben Ali

    Partages

     

    Le Premier  ministre tunisien, Youssef Chahed, en remaniant le 5 novembre son gouvernement contre l’avis du Président de la République, tente une nouvelle fois un passage en force fort acrobatique. Plus grave, il croit faire preuve d’habileté en nommant des nostalgiques de l’ère Ben Ali

    Le Buzz en effet autour d’un remaniement sans relief est venu du choix du nouveau ministre tunisien du Tourisme, René Trabelsi, qui est de confession juive. Youssef Chahed, qui est pour l’instant soutenu par la France et l’Europe, pense par ce choix montrer son ouverture d’esprit à ses partenaires internationaux. La nomination pour la première fois en Tunisie, pays musulman, d’un ministre d’origine juive  devrait conforter encore les occidentaux dans le soutien qu’ils lui apportent. Du moins, c’est ce qu’il espère.

    Tristes calculs

    René Trabelsi est un homme d’affaires qui est connu pour avoir soutenu constamment le président Ben Ali lorsque ce dernier était encore au pouvoir avant janvier 2011. Le dictateur tunisien, qui cherchait à redorer son blason, avait montré une rééelle ouverture vis à vis de la communauté juive. Mais  cette posture n’en a jamais fait pour autant  ni un démocrate, ni un honnête homme aux yeux  du peuple qui devait le renverser le 14 janvier 2011.

    Un Benaliste en signe d’ouverture? La nomination de René Trabelsi signe, s’il en était besoin l’enterrement de la Révolution tunisienne.

    Partages
    Article précédentLa santé d’Ali Bongo ne relève pas de la vie privée
    Article suivantTunisie, la posture moderniste de Youssef Chahed
    Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

    3
    Poster un Commentaire

    avatar
    3 Fils de commentaires
    0 Réponses de fil
    0 Abonnés
     
    Commentaire avec le plus de réactions
    Le plus populaire des commentaires
    3 Auteurs du commentaire
    SAHRAOUILeTunisienCHERIF Auteurs de commentaires récents
      S’abonner  
    plus récent plus ancien Le plus populaire
    Notifier de
    SAHRAOUI
    Invité
    SAHRAOUI

    …ce n’est pas la première fois qu’un ministre de confession juive est nommé dans le monde musulman à moins que vous ne classez pas l’Algérie parmi les pays musulmans!…le réformateur Mouloud Hamrouche , premier ministre de Chadli a bien nommé un juif comme ministre de l’economie !…et raymond benhaim comme conseiller gouvernemental !….

    LeTunisien
    Invité
    LeTunisien

    La Tunisie a été détruite par des journalistes propagandistes comme vous. A l’époque de Ben Ali, L’état « existait » et fonctionnait. Depuis la merde que vous appelez printemps arabe, il n’y a plus d’état mais des conflits d’intérêt entre politiques incompétents et hommes d’affaires corrompus. A l’époque de Ben Ali seuls une petite frange profitait du pouvoir d’une manière malhonnête, et le peuple vivait bien. Maintenant c’est devenu un bocson incroyable de bêtise, vol, racket et j’en passe. Avant, il n’y avait pas ce que vous appelez liberté, mais qui s’en soucie de la liberté factice a l’occidentale ou tout le monde se croit libre mais ou les vraies décisions sont prises en cercle fermé ? c’est comme ça pratiquement partout dans le monde, il n’y a qu’un seul mot qui change la sensée être « donne » : Dictature. mais vous en France, vous vivez la dictature des banques, comme dans tout… Lire la suite »

    CHERIF
    Invité
    CHERIF

    Mon cher Nicolas Beau,je me permets de vous signaler qu’il y a eu déjà 2 ministres de confession juive depuis l’indépendance ( BAROUCH et BESSIS ) donc,ce n’est pas la première fois qu’un ministre de confession juive soit nommé en TUNISIE . Amitiés !