Terrorisme, la Tunisie sur la liste noire de l’Europe

Partages

Le Parlement européen vient d’ajouter la Tunisie à sa liste noire en matière de blanchiment d’argent et de financement de terrorisme. Les inquiétudes restent vives en effet à Bruxelles et à Paris sur la possible reconstitution de cellules terroristes dans tout le pays. En effet, il est généralement admis que près de 5000 jeunes tunisiens sont partis combattre en Syrie et en Irak- soit un chiffre de 25000 si on le rapportait à la population française.  » Ce chiffre est probablement grossi, admet un ancien secrétaire d’Etat à la sureté, la vérité est que nous n’appréhendons qu’une partie des retours ». Une certitude, ils ne sont qu’une vingtaine à être incarcérés aujourd’hui, d’après les chiffres en possession de la mission parlementaire sur ce dossier des jeunes partis combattre le régime syrien. Ce qui est peu.

Frontières poreuses

Beaucoup de ces djihadistes sont revenus en effet sur le sol tunisien, mais via la Libye, dont les frontières restent très poreuses avec la Tunisie et mal contrôlées. Dans ces conditions, beaucoup échappent aux services de renseignement tunisiens qui peinent déja à reconstituer leur capacité opérationnelle, après le choc que fut la fin de la présidence Ben Ali pour l’appareil sécuritaire.

Même identifiés comme revenant de Syrie, très peu sont incarcérés. Le plus grand nombre, faute de preuves de leurs activités criminelles, sont assignés à un simple contrôle administratif plus ou moins rigoureux. C’est qu’en l’absence de relations diplomatiques avec le régime d’Assad en Syrie, les juges anti terroristes ont le plus grand mal à récupérer les listes des ressortissants tunisiens que possède le régime de Damas.

Depuis 2014, la Tunisie dispose d’une antenne consulaire à Damas. Mais la coopération entre les deux pays est au point mort, comme a pu le constater une délégation parlementaire qui s’était rendue en Syrie voici un an. » La présence de ministres islamistes au sein du gouvernement tunisien, proches du Qatar, note une source sécuritaire, n’incite guère le pouvoir syrien à nous aider dans la traque des terroristes ».

Partages
Previous articleDes rumeurs non vérifiées sur la santé de Paul Biya
Next articleL’imam malien Dicko: le peuple coupé de l’élite
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)