Tchad, bras de fer entre la junte militaire et l’opposition

Le bras de fer entre la plate-forme d’opposition Wakit Tama et le patron de la junte militiare et fils d’Idriss Déby, Mahamat Idriss Deby Itno, se traduit par l’appel à une grande manifestation samedi prochian 

En dépit des mises en garde proférées à la télévision nationale tchadienne par le ministre de la communication porte-parole du gouvernement Abderaman Koulamalah, la plate-forme Wakit Tama, opposée à la gestion militaire de la transition au Tchad, a annoncé l’organisation, samedi prochain à N’Djamena, d’une manifestation pour dénoncer la confiscation de la réalité du pouvoir par le Conseil militaire de transition (CMT).

Répression toute

Aux menaces tous azimuts proférées par  Mahamat Idriss Deby, homme fort du Tchad depuis le décès le 20 avril dernier de son père, les leaders de la plate-forme tchadienne ont précisé qu’ils ne solliciteront pas d’autorisation préalable pour leur manifestation du samedi 09 octobre. Fer de lance de Wakit Tama, le parti « les Transformateurs » a subi une très sévère répression lors de la première manifestation organisée, samedi dernier, par la plate-forme. Selon le bilan établi par le parti fondé par l’ex-banquier international Succès Masra, au moins 48 personnes ont été blessées lors de la charge policière contre le siège des Transformateurs. Le parti ajoute que la police anti-émeutes a tiré pas moins de 200 étuis de gaz lacrymogène.  

Wakit Tama conteste la mainmise du CMT sur les organes de transition et exige une gestion partagée des responsabilités entre militaires et civils. La plate-forme redoute également que le dialogue inclusif et la réconciliation soient vidés de leur véritable vocation et transformer en opérations téléguidées par le CMT. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.