Sommet d’Abidjan, Emmanuel Macron à la manoeuvre

Partages

Le Sommet Union africaine/Union européenne qui se tiendra à Abidjan les 29 et 30 novembre 2017 est un enjeu décisif pour la diplomatie française. Au nom du multilatéralisme

Le Sommet  d’Abidjan est une étape décisive de la nouvelle politique africaine de la France la France. Cette rencontre prend place dans la stratégie du président Macron qui voit dans le multilatéralisme un pilier de l’action de la France en Afrique. Dans cette optique, l’Union africaine devrait prendre toute sa place dans la résolution des conflits, comme ceux de Libye et de Centrafrique/ La diplomatie française attache aussi beaucoup d’importance dans la volonté affichée d’ “investir dans la Jeunesse pour un avenir durable”.

Le Sommet d’Abidjan est beaucoup moins crucial pour les États d’Europe de l’Est, voire même de l’Allemagne qui privilégie davantage les relations bilatérales, cadrant mieux avec ses objectifs économiques.

Trump dans le viseur

La coopération inter-étatique, les négociations en vue de traités internationaux et la recherche de consensus globaux, dans le cadre d’organisations mondiales et régionales devraient permettre l’adoption de règles communes et d’accroître leur efficacité. En devenant le champion du multilatéralisme, Emmanuel Macron s’oppose frontalement à Donald Trump, enfermé dans un unilatéralisme anachronique et pernicieux. Un Sommet Ua/Ue, surtout à Abidjan, devrait permettre à la France d’afficher ses nouvelles ambitions.

Du côté de l’Union européenne, la France joue un rôle majeur, politique et militaire, en Afrique. L’implication du Service européen de l’action extérieure ( SEAE), pour l’organisation du Sommet d’Abidjan, passe à Bruxelles par Jean-Christophe Belliard, ancien ambassadeur de France à Addis Abeba et ancien directeur de l’Afrique et de l’Océan indien au Quai d’Orsay, actuellement Secrétaire général adjoint et directeur politique du SEAE.

Notre ami Ouattara
A Abidjan, le représentant de l’Union européenne, est Jean-François Valette, ancien ambassadeur de France au Togo, au Cameroun et au Congo Brazzaville, où il a été apprécié par les chefs de l’Etat de ces trois pays du pré carré français. Le nouvel ambassadeur de France auprès d’Alassane Ouattara, Gilles Huberson, et son prédécesseur, Georges Serre, contribuent également à l’organisation d’un Sommet qui pourrait redorer le blason d’un Alassane Ouattara, quelque peu terni ces derniers temps.
 LIRE AUSSI SUR LE MEME SUJET
https://mondafrique.com/sahraouis-invites-sommet-dabidjan-petite-porte/
Partages