Notre série sur les islamistes tunisiens (2), l'épreuve du pouvoir

Partages

L'alliance scellée entre le patron d'Ennahdha, Rached Ghannouchi et le chef de l'état, Beji Caïd Essebsi, n'aurait jamais existé si les islamistes n'avaient pas appris les rêgles du jeu politique en participant au gouvernement en 2012 et 2013

« Nos élus feraient mieux de s’occuper des vraies questions au lieu de perdre leurs temps à argumenter sur la protection du sacré ou la complémentarité entre les sexes ! Ils ont pour mission de rédiger une Constitution qui garantisse les droits et les libertés et nous fournisse un socle sur lequel construire un État civil et démocratique. » Un an après les élections d’octobre 2011 qui ont porté le parti Ennahdha au pouvoir, Samir Dilou, ministre des Droits de l’homme et de la Justice transitionnelle et porte-parole du gouvernement de l'islamiste Hamadi Jebali, ne mâchait pas ses mots face au journaliste qui l'interrogeait.  Les Tunisiens, poursuivait-il, « on fait la révolution pour conquérir la liberté, pas pour changer de mode de vie ».

Des réelles divergences ont toujours existe au sein du parti islamiste tunisien dont l’échiquier interne va des tenants du modèle turc aux sympathisants salafistes. Les patrons d'Ennahdha ont appris les règles du pluralisme démocratique au sein même de leur mouvement

Le fonctionnement du parti islamiste s’apparente en réalité au centralisme démocratique des belles années du communisme : des débats houleux à la base, des courants qui s’expriment, des sensibilités opposées, des ego qui prospèrent, des votes enfin qui départagent les concurrents. La synthèse est dégagée au sommet grâce à l’art du consensus et de la dialectique du cheikh du parti islamiste, Rached Ghannouchi. Ses arbitrages sont ensuite relayés sans états d’âme. « De véritables éléments de langage, constate un diplomate occidental, apparaissent dans les discours que nous tiennent les principaux dirigeants d’Ennahdha»

Cette capacité à élaborer un consensus ne doit pas masquer la complexité des rapports de force. Nombreuses et subtiles, les lignes de fracture qui traversent la mouvance nahdhaouie sont de trois ordres : historiques, idéologiques, régionalistes. On assiste à des oppositions, voire des conflits, entre les exilés, comme Ghannouchi, et les dirigeants islamistes qui ont connu la prison, la torture ou encore l’isolement. Des conflits peuvent exister en second lieu entre les modernistes et les passéistes, comme Sadok Chourou, le président du majlis al-Choura et le plus salafiste des élus de l’Assemblée nationale constituante.

Enfin, les affinités régionales opposent les sudistes, qui ont fourni de gros bataillons d’électeurs au parti, à ceux des banlieues de Tunis, du Kef ou de Kasserine. Que dire de l’appartenance du Premier ministre Hamadi Jebali à la région du Sahel, le fief de Bourguiba d’où sont originaires, depuis l’indépendance, les dirigeants de la Tunisie ? Cette identité régionale lui a permis de nouer de discrets contacts avec quelques personnalités de l’autre camp, notamment avec Kamel Eltaïef.

Les éxilés et les autres

Les plus fortes incompréhensions au sein du mouvement existent entre ceux qui ont choisi l’exil et ceux qui, restés en Tunisie, ont connu la prison et la torture. Des solidarités sont nées durant ces années, des clivages persistent. Ce n’est pas un hasard si les fidèles collaborateurs du cheikh d’Ennahdha comme Lofti Zitoun, conseiller du Premier ministre auprès duquel il sera l’œil de Ghannouchi jusqu’à sa démission en février 2013, ou Ameur Larayedh, chef du bureau politique du parti, se sont exilés eux aussi pendant les années noires.

Le comité d’une cinquantaine de militants qu’il désigne peu après son retour en Tunisie durant l'hiver 2011 est constitué presque uniquement d’anciens détenus. Face au Guide, Hamadi Jebali, Premier ministre, ou Ali Larayedh, son ministre de l’Intérieur, ont la légitimité de leurs années de cauchemar pénitentiaire. C’est en partie afin de mieux les contrer que le Cheikh cultive des liens ambigus avec la mouvance salafiste. Les mille excuses qu’il trouve aux extrémistes, au sein du mouvement ou à l’extérieur, ont d’abord pour but de conforter son pouvoir.

La main tendue aux radicaux

Autres alliés de poids pour Ghannouchi, qui font partie des « faucons » d’Ennahdha, les anciens étudiants de l’Union générale tunisienne des étudiants, le syndicat islamiste réprimé par Ben Ali, sont choyés par le Guide. C’est le cas d’Abdelkarim Harouni, fondateur du syndicat, qui deviendra ministre des Transports dans le gouvernement de Jebali, ou encore d’Abdelatif el-Maki, ministre de la Santé dans ce même cabinet, un moment donné comme possible successeur de Jebali à la primature. El-Maki est de ceux qui ont obtenu le plus de voix pour entrer au majlis al-Choura lors du congrès de juillet 2012.

Pendant toute l’année 2012, une lutte d’influence souterraine oppose Ghannouchi aux pragmatiques qui gèrent l’action gouvernementale. Les arbitrages ultimes ne se prennent pas lors du conseil des ministres. La réalité du pouvoir est ailleurs. Deux fois par semaine, après la prière du matin, le chef suprême d’Ennahdha et le Premier ministre ont un entretien. Hamadi Jebali est le plus souvent renvoyé dans ses cordes par un Ghannouchi devenu une sorte d’omniprésident, qui tire dans l’ombre les ficelles de la machine gouvernementale. Ce qui n'est pas un gage d'efficacité, ce que l'entourage de Ghannouchi reconnait aujourd'hui en 2018.

Dissensions chez les Nahdaouis

Les dissensions entre Jebali et les faucons du parti, souvent soutenus par Ghannouchi, vont s’aggraver au fil des mois. Car le Premier ministre, après des débuts peu encourageants, a pris la mesure de la gravité de la situation économique – 3 milliards de dinars (1,3 milliards d’euros) ont été retirés du système bancaire dans la période qui a suivi l’arrivée des islamistes au pouvoir – et des attentes de la population, dans un pays miné par le chômage. Il a compris qu’il lui fallait élargir sa base politique et tenter de composer une équipe gouvernementale plus compétente, écarter à tout le moins les plus désastreux de ses membres. Mais Ghannouchi oppose une fin de non-recevoir à ce projet de remaniement ministériel.

Au lendemain de l’assassinat de Chokri Belaïd en février 2013, Jebali revient à la charge et propose la formation d’un « gouvernement de compétences » afin de gérer les affaires courantes jusqu’aux prochaines élections. Il annonce qu’il donnera sa démission si ce gouvernement ne voit pas le jour. Ce qu’il fera finalement devant le refus des instances dirigeantes d’Ennahdha. Hamadi Jebali, comme Samir Dilou, plaide pour que le caractère pluraliste de la Tunisie soit pris en compte. Après plusieurs mois passés à la primature, il sait aussi qu’Ennahdha n’a pas une expérience suffisante du pouvoir pour faire face, seul, aux défis de la Tunisie. Pour les faucons du parti et, à ce moment-là encore, pour Rached Ghannouchi, Ennahdha, consacré premier parti de Tunisie par les électeurs en octobre 2013, a le droit de régner sans partage.

Des voix modérées

Autre pomme de discorde entre les différents courants nahdhaouis : l’attitude à avoir vis-à-vis des salafistes. Les plus radicaux les considèrent comme une mouvance à la fois idéologiquement proche et concurrente sur le marché de l’islam politique. D’autres au contraire mettent en garde contre les dangers d’une complaisance coupable. Parmi eux, quelqu’un dont la voix porte au sein du parti : Abdelfattah Mourou, cofondateur en 1989, avec Rached Ghannouchi, du Mouvement de la tendance islamique, l’ancêtre d’Ennahdha, brillamment élu vice-président du mouvement lors du congrès de juillet 2012. « Après le 14 janvier, regrette-t-il, des jeunes et les anciens détenus ont été seuls à être cooptés au sein d’un comité de cinquante-sept personnes. Je n’en étais pas. Un seul critère semblait l’emporter, le nombre d’années passées en prison. » Une exclusion qui le conduira à se présenter aux élections d’octobre 2011 sur une liste indépendante.

En nous recevant en janvier 2013, les propos qu'il tient à l’égard de son mouvement, sont sévères : « Je suis véritablement inquiet de la position adoptée par Ennahdha à l’égard des salafistes. Et je le leur ai clairement dit. Lorsque ces extrémistes s’en prennent violemment à des citoyens tunisiens, cela n’est pas acceptable. Je leur ai dit : “Vous gouvernez depuis des mois, vous devez agir contre ce fléau salafiste, cet islamisme de droite qui gangrène la société”. » Pour ce dialecticien habile, que ses adversaires décrivent parfois comme un tartuffe, « le mouvement de prédication qu’a été Ennahdha doit se transformer en mouvement politique ». En août 2012, alors qu’il donnait à Kairouan une conférence sur « la tolérance en islam », il a été violemment agressé par un jeune extrémiste, furieux de l’entendre défendre la liberté de parole des intervenants.

Autre voix modérée, celle d’Habib Mokni. Rond et consensuel, il est l’un des rares à réfléchir sur les raisons de l’échec d’Ennahdha, animant un vif courant de contestation au sein du mouvement. Lui, estime qu’Ennahdha a voulu aller trop vite en se positionnant, dès le départ de Ben Ali en janvier 2011, comme candidat au pouvoir : « Après tant d’années de clandestinité, il fallait faire le point sur nos positions en organisant un congrès. Or, dès son retour, Ghannouchi a fait un coup de force, un putsch, en créant ce bureau d’une cinquantaine de militants choisis par lui. Ghannouchi était assoiffé de pouvoir, mais il ne pouvait pas et ne devait pas gouverner tout de suite. C’était prématuré, trop risqué, nous n’étions pas aptes, après toutes ces années de répression. Il fallait d’abord faire notre propre bilan, savoir pourquoi Ben Ali était parti. Sauver le pays et non partir en guerr. »

L'accord avec Beji, déja !

Ghannouchi finira par accepter, début 2014, de s’éloigner du pouvoir dans l’espoir sans doute de permettre à Ennahdha de se refaire une virginité et de mieux rebondir lors des élections prochaines. Et d’éviter de faire les frais d’un scénario à l’égyptienne – l’éviction par l’armée des Frères musulmans portés au pouvoir par les urnes. Une décision soutenue par les pragmatiques du mouvement comme Hamadi Jebali ou Habib Mokni, avec lesquels le Cheikh a renoué, mais critiquée par les plus radicaux. Ces derniers, emmenés par Sadok Chourou et Habib Ellouze, reprochent aussi à Ghannouchi sa rencontre avec Béji Caïd Essebsi, à la mi-août 2013 à Paris, et son recul sur la charia, qui ne sera finalement pas mentionnée comme référence principale du droit dans la Constitution promulguée le 26 janvier 2014. Et ils ne manquent aucune occasion de lui rappeler que le pouvoir réel, au sein du parti, appartient au majlis al-Choura.

Ces dissensions internes brouillent le projet islamiste. On aurait cependant tort de croire que celui-ci n’existe pas. Pour Michaël Ayari, analyste à l’International Crisis Group, c’est avant tout son « conservatisme » qui caractérise le programme d’Ennahdha : « La plupart des responsables de ce mouvement poursuivent des objectifs modérés : une islamisation de basse intensité de la société tunisienne, un renouvellement profond des élites, un partage de la rente pétrolière grâce à des relations privilégiées avec les pays du Golfe, le Qatar et l’Arabie saoudite, et une économie libérale, à l’image du projet islamiste en Turquie. »

LIRE AUSSI "LA CULTURE DU COMPROMIS DES ISLAMISTES TUNISIENSFACE AUX DICTATEURS BOURGUIBA ET BEN ALI"

Notre série sur les islamistes tunisiens (1), la culture du compromis

Partages
Article précédentNotre série sur les islamistes tunisiens (1), la culture du compromis
Article suivantAlgérie, l'oeil du rappeur Ygrek
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)