Sénégal, Macky Sall veut tordre le cou aux opposants

Au Sénégal, la rentrée parlementaire promet d’être explosive 

La session parlementaire prévue le jeudi 14 octobre promet d’être fortement agitée au Sénégal à cause de l’examen de la demande du ministre de la justice de lever l’immunité parlementaire des députés El Hadji Mamadou Sall et Boubacar Biaye. Les deux parlementaires sont poursuivis avec deux activistes du mouvement citoyen « Y’en marre », Kilifeu et Simon, pour « association de malfaiteurs, escroquerie, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux sur des documents administratifs, faux en écritures publiques authentifiées ». 

À Dakar, beaucoup soupçonnent le pouvoir de Macky Sall de chercher à travers cette saga judiciaire à s’en prendre au mouvement Y’en a marre, qui fut le fer de lance des manifestations de protestations contre l’arrestation en mars dernier d’Ousmane Sonko, leader du Parti des patriotes sénégalais pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF) mais surtout principal adversaire du président Macky Sall pour la présidentielle de 2024. Pour de nombreux sénégalais, l’appartenance des députés El Hadji Mamadou Sall et Boubacar Biaye à la majorité présidentielle n’est qu’un simple écran de fumée pour mieux faire passer l’opération politico-judiciaire contre Y’en a marre

Le coup d’Etat en Guinée fragilise le sénégalais Macky Sall 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.