Radios et télés privées au Maroc. Une nouvelle vague de libéralisation

Partages

Selon plusieurs sources, l’Etat marocain s’apprêterait à lancer un nouvel appel d’offres visant la mise en place de nouvelles radios privées. Ce sera le troisième appel d’offre du genre après la vague de libéralisation qu’a connue le pays en 2006 (10 radios) et en 2009 (4 radios).

Par ailleurs, Kamal Lahlou, propriétaire de la chaîne radiophonique MFM, et de la société Sigma, l’une des plus grandes sociétés de production de contenus à destination des chaînes de télévision existantes (chaînes de la SNRT en plus de Medi1 Tv) commencerait déjà à se préparer, techniquement et financièrement, à l’éventualité de la mise en place de la première chaîne de télévision privée diffusée depuis le Maroc.

En 2009, il était déjà question de laisser le secteur privé créer sa chaîne de télévision. Une opportunité que voulaient saisir le patron de BMCE, Othman Benjelloun et l’actuel conseiller royal Fouad Ali El Himma, avant que la décision ne soit retirée à la dernière minute. Le Conseil supérieur de la communication audiovisuelle (CSCA) avait alors expliqué ce retrait par l’étroitesse de l’offre publicitaire qui ne remplissait pas tous les espaces disponibles.

Plusieurs investisseurs ont cependant contourné la régulation du marché en recourant à une diffusion en dehors des frontières du Maroc. C’est le cas de la chaîne musicale Bzaf Tv, tramise par satellite mais diffusée depuis les Emirats arabes unis. Le journaliste et directeur du quotidien arabophone Al Massae, Rachid Niny, a également équipé deux étages de studios à Casablanca en préparation du lancement de sa chaîne de télévision satellitaire qui élira domicile en Espagne. A suivre.

Partages