Radhia Nasraoui: « Les années Ben Ali furent des années de plomb »

Partages

Radhia Nasraoui, avocate, militante des droits de l’homme et une des opposantes les plus constantes à la dictature, revient sur ses vingt trois années au pouvoir de Eine Ben Ali, l’ancien président tunisienqui vient de s’éteindre en Arabie Saoudite.Mondafrique reproduit cet entretien avec son aurtorisation

RFI : Comment avez-vous réagi à l’annonce de la mort de Zine el-Abidine Ben Ali ?

Radhia Nasraoui : C’est la fin d’un dictateur. Cela ne peut que me rappeler tous les crimes commis sous son régime et pour lesquels il n’aura jamais été ni jugé ni condamné [NDLR, Zine el-Abidine Ben Ali a été jugé par contumace en 2018 à plus de 200 années de prison, mais n’a jamais été extradé malgré une demande des autorités tunisiennes]. C’était des années de plomb.

Mais est-ce que son régime n’avait que des mauvais côtés ?

Il faut dire que lorsqu’il s’agit d’une dictature qui a réprimé, torturé, appauvri tout un peuple, on ne peut pas parler de côté positif. On ne peut pas n’avoir qu’un jugement global.

N’y avait-il pas tout de même une certaine prospérité économique ?

Prospérité économique pour sa famille et son entourage.

Regrettez-vous que l’Arabie saoudite ne l’ait jamais extradé ?

Il faut dire que oui. Je regrette, parce que j’aurais bien voulu, et je ne suis pas la seule, que l’Arabie saoudite l’extrade pour qu’il soit jugé, condamné pour ses crimes.

Il n’y aura jamais de procès Ben Ali ?

Non. C’est une frustration.

A-t-il le droit à vos yeux d’être enterré dans le sol tunisien ?

Oui. Pourquoi pas.

Que reste-t-il de son régime à vos yeux ?

La corruption, la pratique de la torture, les choix économiques et sociaux antipopulaires.

Cela existe encore aujourd’hui ?

Oui.

Et y a-t-il encore chez les deux finalistes de cette année, Kaïs Saïed et Nabil Karoui, des réflexes benalistes ?

Oui. Il y a en quelque sorte une tendance au pouvoir personnel couverte par un discours démagogique.

Donc, vous n’êtes pas rassurée par l’issue de cette élection présidentielle ?

Non. Je ne suis pas rassurée.

Ni par l’un ni par l’autre ?

Ni par l’un ni par l’autre.

Vous n’avez pas de préférence ?

Non.

Partages
Previous articleMauritanie, nos mines de fer se meurent, sauvons les
Next articleLe Burkina Faso sous le feu djihadiste
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)