Qatar, 100 ouvriers arrêtés pour avoir fait grève

Partages

Sur le site « Solidarité internationale PCF », le parti communiste dénonce l’arrestation d’une centaine d’ouvriers en grève à Doha. Pour la seule année 2014, 1400 ouvriers ont péri sur ces chantiers. A Paris, l’ambassadeur qatari Mohamed al Kuwari remettait jusqu’en 2013 des « distinctions », dotées de 10000 euros, à des personnalités françaises devenues des obligés, comme le dessinateur Plantu dont le dessin ci-contre a été publié par l’ambassade. Merci, monsieur l’Emir !

Pour chaque but du PSG made in Qatar, quatre ouvriers meurent sur un chantier de la Coupe du monde au Qatar. Le parallèle est cruel mais juste. Le dernier scandale, dans le dernier Etat esclavagiste du monde : une centaine d’ouvriers, arrêtés, déportés, pour fait de grève. Que se passe-t-il dans le richissime Etat qatarien quand les ouvriers étrangers sur-exploités décident de réclamer un salaire leur permettant de vivre ?

800 esclaves devenus grévistes 

Au Qatar, les grèves sont rares. Il faut dire que le droit de grève est inexistant, que les patrons ont un droit de propriété effectif, une dépendance légale sur les salariés via le système du kafala (patronnage), que 95 % des salariés sont des étrangers au droit de séjour précaire. Pourtant, dans le 3ème pays le plus riche par tête au monde, les ouvriers d’Asie du sud survivent péniblement avec 100 ou 150 $ par mois, s’entassent des taudis, des chambres de 20 m2 bondées, endurent des journées de 10-12 h, en été dans des chantiers à 50 degrés au soleil.

A la fin novembre, plus de 800 ouvriers des chantiers de Doha ont dit Stop. Népalais pour la plupart, mais aussi Indiens, Bangladeshis, Sri Lankais, ils ne peuvent plus accepter l’inacceptable. Ils se sont mis en grève, pendant trois jours d’affilée, paralysant les chantiers de la ville. Parmi les sites concernés, celui de la rénovation de l’hôtel Sheraton de Doha. Leur employeur, ce sont deux sous-traitants : Qatar Freelance Trading and Contracting et Qatar Middle East Co. Des marchands d’esclaves modernes qui font signer des contrats fallacieux, bafoués une fois les immigrés arrivés au Qatar, alors que leurs passeports sont confisqués.

Ainsi, ces ouvriers se retrouvent à devoir vivre au Qatar avec 165 $ par mois. Loin des contrats qui leur promettaient le triple (350 $). Loin même du salaire minimum au Népal, sous gouvernement communiste, qui garantit un minimum de 250 $. Et le coût de la vie n’est pas le même à Katmandou et à Doha !

Agressions physiques

Le gouvernement qatarien a promis ces derniers mois de respecter formellement le droit des salariés. Cette mobilisation a montré que ce vœu pieux était une farce tragique. La police a été envoyée sur les lieux de la grève, elle a chargé, couvert les agissements d’un des patrons qui a agressé physiquement les ouvriers à coups de tuyaux présents sur le chantier. Elle a même trouvé un soutien parmi certains des salariés de l’entreprise, sans que cela n’entame la solidarité entre les ouvriers immigrés en lutte.

Les autorités ont arrêté une centaine d’ouvriers. Elles entament désormais une procédure de « déportation » ou « rapatriment » vers leur pays d’origine. Coupables d’avoir fait grève, de demander un salaire décent, de résister à l’arbitraire. Ce n’est pas la première fois. En 2010, 90 ouvriers immigrés travaillant pour al-Badar Construction co ont été arrêtés, incarcérés plusieurs jours et déportés. Ceux employés depuis moins de deux ans ont même du payer leur billet-retour. L’employeur qatari a livré une réponse cynique face à ce gouvernement : « Je ne peux pas augmenter les salaires pour le moment, désolé. Par contre, je peux les aider à les rapatrier chez eux ». Un bon samaritain.

Mondial 2022, 1 400 ouvriers morts sur les chantiers

Que la FIFA ait pu confier – sur fond de corruption généralisée – l’organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar reflète cette hypocrisie occidentale, prête à fermer les yeux, à l’odeur du gaz. Selon un rapport de la Confédération syndicale internationale (CSI), il y avait déjà au début de l’année 2014 1 400 ouvriers immigrés – essentiellement népalais, plus largement d’Asie du sud – qui étaient morts sur les chantiers de la honte.

A ce rythme, 4 000 ouvriers pourraient périr dans l’émirat qatarien d’ici 2022. On peut rappeler que Bouygues, Vinci ainsi que Keolis (filiale de la SNCF) font les yeux doux au Qatar pour obtenir les contrats juteux liés à l’organisation du mondial 2022. Le Qatar, comme on le sait tous, a racheté le Paris-Saint-Germain en 2011 pour en faire sa vitrine en France. Le PSG a marqué 370 buts en quatre ans, pendant que 1 400 ouvriers immigrés mouraient sur les chantiers des stades. Cela fait 1 but au Parc pour 4 ouvriers morts à Doha.

Des chiffres qui font frémir. Face à l’indignation sélective, aux diversions médiatiques bien orchestrée – la lutte contre le terrorisme, aux cotés du Qatar qui le finance ? – il est temps de désigner la vraie barbarie du XXI ème siècle, dont le Qatar, l’Arabie saoudite sont des visages.

Solidarité Internationale PCF

Partages