Présidentielle libanaise, des palabres entre adversaires politiques

Walid Joumblatt était l’un des premiers à le comprendre : le Liban en chute libre n’est pas la priorité de la communauté internationale qui a le regard ailleurs. Il faut donc qu’une dynamique interne soit sérieusement mise sur les rails pour débloquer la présidentielle. Conscient de cette équation, le chef du Parti socialiste progressiste ne reste pas les bras croisés. Il poursuit ses efforts en quête de ce qu’il appelle un « compromis » autour du nom du futur chef de l’État. Une démarche qui suppose un dialogue avec le Hezbollah, sans pour autant lâcher le candidat soutenu par une large frange de protagonistes hostiles au parti chiite, Michel Moawad, du moins pour le moment.

Previous articleGabon, le retour de Frédéric Bongo par la grande porte
Next articleLe pouvoir burkinabé met l’armée française dehors
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)