Pour l’Italie, la France « appauvrit l’Afrique »

Partages

L’ambassadrice d’Italie à Paris, Teresa Castaldo, a été convoquée lundi au Quai d’Orsay après les propos tenus par le vice-président du Conseil italien Luigi Di Maio, qui a accusé la France d’ « appauvrir » l’Afrique, a-t-on appris de source diplomatique française.

La diplomate italienne a été convoquée par le directeur de cabinet de la ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, après les « propos inacceptables tenus ces derniers jours par les autorités italiennes », a-t-on précisé.

La France coupable de colonialisme

Luigi di Maio, chef politique du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) qui gouverne l’Italie avec le parti d’extrême droite La Ligue, s’en est une nouvelle fois pris à la France samedi en estimant que les autorités françaises « appauvrissaient » l’Afrique et devraient pour cela être sanctionnées par l’Union européenne.

« Si aujourd’hui nous avons des gens qui quittent l’Afrique, c’est parce que certains pays européens, la France en particulier, n’ont jamais cessé de coloniser l’Afrique », a-t-il dit lors d’un déplacement dans les Abruzzes.

« Il y a des dizaines de pays africains où la France imprime une monnaie, le franc des colonies et avec cette monnaie elle finance la dette publique française », a-t-il ajouté.

Depuis l’arrivée au pouvoir de la coalition Ligue-M5S en Italie en 2018, les relations entre Paris et Rome se sont crispées notamment autour des questions migratoires et plus récemment autour de la crise des « Gilets jaunes ».

Début janvier, Luigi Di Maio a appelé les manifestants qui protestent depuis le 17 novembre en France à « ne rien lâcher ». Il a été rejoint en ce sens par le ministre de l’Intérieur et chef de file de La Ligue Matteo Salvini qui a apporté son soutien aux « Gilets jaunes ».

Partages
Previous articleMaroc, de sourdes batailles autour des décombres du Groupe Ben Laden
Next articleA Paris, l’Elysée boude Mouloud Hamrouche
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)