Pierre Fakhoury et Eiffage, torpillés dans l’affaire des écoutes Burkina/Côte d’Ivoire

Partages

Publiés coup sur coup en novembre 2015 et janvier 2016, les enregistrements mettant en cause la responsabilité de dignitaires ivoiriens dans le putsch de septembre à Ouagadougou éclaboussent non seulement le pouvoir d’Abidjan mais aussi la nébuleuse d’hommes d’affaires qui le soutient. L’une des victimes collatérales est l’homme d’affaires libano-ivoirien Pierre Fakhoury, célèbre architecte à l’origine de la basilique de Yamoussoukro, cité dans l’enregistrement par Guillaume Soro comme l’un des financeurs de la campagne électorale du président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. Le tout à l’insu du président ivoirien Alassane Ouattara avec qui il a réussi à bâtir une relation de confiance après avoir été longtemps proche de Laurent Gbagbo. Un coup dur pour le richissime businessman, factotum d’Eiffage actuellement engagé sur des marchés publiques liés à la réhabilitation du pont Houphouët Boigny au coeur d’Abidjan.

Partages