Pénuries, l’île Maurice se tourne vers l’Iran et l’Indonésie 

Face à des pénuries de plus en plus évidentes, des contacts ont été pris par l’Ile Maurice, traditionnellement tournée vers les puissances occidentales, avec l’Iran et l’Indonésie pour l’achat de blé, de carburant, d’huile de cuisson, et de farine.  

Un article de Vel Moonien

Face à la hausse continue du prix des denrées alimentaires suivant la pandémie de Covid-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’île Maurice est à la recherche de nouvelles sources d’approvisionnements afin de soulager la population. Cette démarche s’inscrit surtout dans la perspective des prochaines élections générales prévues dans deux ans, lesquelles pourraient éventuellement être organisées dans le courant de l’année prochaine au vu d’un manque de stratégie parmi les différents partis de l’opposition pour déboulonner le gouvernement de Pravind Jugnauth qui est à son second mandat. 

Des contacts ont été établis avec l’Indonésie pour l’importation de l’huile de cuisson tandis qu’une délégation s’est rendue en Iran le mois dernier pour discuter de l’importation du blé, du carburant, du ciment, de la farine, du lait en poudre, de matériaux de construction, de produits pharmaceutiques et autres. Des négociations ont également été entamées dans le domaine de l’aérospatial, l’agriculture, l’éducation, la pêche, la transformation des fruits de mer et le tourisme. « Maurice a beaucoup à gagner avec l’Iran, notamment avec le projet d’industrie pharmaceutique cher à l’île Maurice, » indique l’organisme mauricien pour la promotion de l’investissement. 

Des contacts ont aussi été pris il y a six mois avec l’Argentine et le Brésil quant à l’importation de l’huile de cuisson. A l’époque, le prix au litre avait doublé. Un rationnement avait été décidé, mais a dû être annulé au bout d’une semaine en raison d’une pénurie artificielle provoquée par les distributeurs. L’Egypte, où la majorité d’entre eux s’approvisionnent, avait été invité à revoir sa décision d’interdire l’exportation de l’huile de cuisson vers l’île, notamment au vu de la petitesse du marché. Il y a deux mois, le prix a encore été revu à la hausse, provoquant une hausse du prix du « dholl puri » une street food très populaire, et d’autres plats dans les restaurants. 

Le prix du cheddar, des couches pour bébés, les grains secs (haricots, lentilles, pois, pois cassés), le lai infantile, le lait en poudre, les pâtes ainsi que les sardines et le saumon en conserve est monté en flèche début juillet lorsque le gouvernement a décidé d’enlever les subsides sur ces produits. Maurice important la majorité des denrées alimentaires, la situation a empiré, d’autant plus que la roupie a connu une grosse dévaluation face au dollar, l’une des deux devises avec l’euro, utilisé pour ces transactions. Une huile subventionnée par l’Etat disparaît dès qu’elle se retrouve sur les rayons des grandes surfaces bien qu’elle soit limitée à deux bouteilles d’un litre par client.

Pas plus de deux « cheddars » par consommateu

Les sachets de grains secs et le cheddar, le fromage le plus consommé dans l’île, ont également été rationnés à deux unités à un moment donné. L’Association des consommateurs de l’île Maurice (ACIM) s’indigne qu’aucune marge n’ait été fixée, d’où la hausse de 100 % pour le lait en poudre. « A ce train-là, on se retrouvera à acheter un quart de litre d’huile, un morceau de poisson salé ou une sardine tiré d’une boîte de conserve à crédit comme au temps de nos grands-parents », s’emporte Gaëlle. Quant au prix de la viande, du poisson et du poulet, n’en parlons pas. Le kilo de viande de bœuf frais est passé à 600 roupies, l’équivalent de 13,4 euros. 

Étant donné que le prix de l’huile de cuisson et du lait en poudre va continuer à grimper avec la guerre qui perdure en Ukraine, le gouvernement a accordé 500 millions de roupies, soit 10,7 millions d’euros, à la State Trading Corporation (STC), l’organisme de l’Etat responsable de l’importation de produits de première nécessité, pour offrir des denrées à moindre coût aux consommateurs. Le gouvernement vient d’accorder une aide de 1 000 roupies (22,3 euros) à chaque salarié touchant jusqu’à 50 000 roupies (1 116 euros). Une subvention additionnelle a été offerte aux boulangeries qui font l’acquisition des sacs de farine de 25 kilos auprès de la STC afin que le prix du « pain maison », le pain le plus consommé dans l’île, demeure à 2,60 roupies (près de 0,06 euro). 

Vel MOONIEN 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.