Le Premier ministre français: une quantité négligeable

Le Premier ministre français, Jean Castex, devrait quitter Matignon de façon imminent. C’est qu’Emmanuel Macron a du mal à trouver la perle rare qui pourrait remplacer l’actuel Premeir ministre: une femme politique, à coloration écologique et sociale, proche des gens mais avec une solide expertise acquise au sein de cette « noblesse d’Etat qui est l’environnement naturel du Président français 

 Le transparent élu du Sud Ouest, simple collaborateur d’Emmanuel Macron, et accessoirement Premier ministre depuis le départ d’Edouard Philippe, un des rares politiques de poids à avoir été choisi en cinq ans par l’Élysée, ne laissera pas grande trace dans l’Histoire.

Présidentialisation toute

Est ce qu’on se souvient-on d’ailleurs de Pierre Auguste Mesmer, valeureux Premier ministre de Georges Pompidou après le retrait du flamboyant Jacques Chaban Delmas, qui lors de l’inauguration du périphérique parisien, avait constaté avec clairvoyance que « la boucle était bouclée »? Parle-t-on encore de Maurice Couve de Murville, grand chambellan du général de Gaulle en charge de « l’intendance », comme le fondateur de la Veme République désignait la gestion gouvernementale ? Qui évoque encore le court passage à Matignon sous Mitterrand de la pauvre Edith Cresson, la seule femme à avoir occupé pour son malheur ces fonctions de Premier ministre depuis 1958 et qui fut allègrement piétinée par l’ensemble de ses collègues ministres dont l’appartenance à la gauche s’arrêtait là où commence l’égalité homme-femme?

Autant de  personnalités qu’un passage par Matignon afait disparaitre du paysage politique au sein de la monarchie républicaine française. Une loi non écrite de la  République française veut que le second Premier ministre du mandat du Président soit une personnalité sans éclat ni projet et dont la seule fonction est de ne pas faire de l’ombre au chef de l’Etat. On peut dire qu’à cet égard Jean Castex aura parfaitement réussi sa mission, ventriloque (avec l’accent) d’un Emmanuel Macron omniprésent.

Mêlé à la foule des admirateurs de Macron au champ de mars dimanche soir, notre Castex avait retrouvé sa juste place qui n’était pas celle du second personnage de l’État, un rang hiérarchique qui revient en France au Président du Sénat.

Previous articleCameroun : les personnes LGBT persécutées
Next articleLiban, les mensonges du candidat aux législatives Omar Harfouche
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.