Notre série Libye: les rentes d’une transition permanente

Partages

Notre série sur la Libye, signée Ali Bensaad, professeur des Universités, revient sur l’interminable transition devenue génératrice de rentes pour des acteurs qui ont conquis des structures de pouvoir dans ce processus, s’y sont enkystés et en ont fait des instruments pour perpétuer leur domination.

Le premier volet de notre série qui paraitra le mardi 4 juillet expliquera comment le contexte libyen a permis au Parti de la Justice et de la Construction (PJC), vitrine politique des Frères Musulmans, de conquérir la présidence du Haut Comité d’Etat et d’autres positions dominantes, alors qu’il est très minoritaire.

 

Un deuxième papier se penchera sur le paradoxe de la ville de Misrata, lieu d’origine des plus grandes figures de l’islamisme du pays, mais pourtant celle qui oppose la plus grande résistance aux excès de cette idéologie.

 

Un troisième papier expliquera comment l’actuel Premier ministre, Fayez el-Serradj, reste le produit inattendu des querelles des élites du pays. A défaut de pouvoir gérer une transition, il s’est attelé à son tour, à se construire un pouvoir et des réseaux, à partir de sa position centrale.

 

Un quatrième papier se demandera comment l’état de « transition permanente » a  permis aux milices de s’enraciner. Celles-ci ne sont pas des acteurs complètement autonomes, mais se situent dans un rapport d’interdépendance avec les acteurs politiques locaux et les puissances étrangères? Ce qui leur donne un poids fluctuant, mais réel.

 

Un cinquième papier reviendra sur la sortie de cette interminable transition qui ne peut se faire en ignorant le poids des milices. Il s’agirait plutôt de contenir leur légitimité et de la ramener à sa réalité de réseau. Dans un pays où manque un recours national, l’ONU représenté  depuis juin 2017 par Ghassan Salame, reste une figure morale respectée qui peut trouver des compromis acceptables. Quant à la France, devenue ces derniers temps plus active sur le dossier libyen, elle reste perçue comme s’alignant sur le général Haftar. Sur fond de sourde rivalités avec l’Italie et l’Algérie

L’auteur de ces textes est Ali Bensaad, Professeur des Universités, Institut Français de Géopolitique de Paris, Université Paris8 Vincennes-Saint Denis.

Partages