Niger, violents affrontements à Niamey depuis le 15 avril

Partages

Le dimanche 15 avril 2018, la police nigérienne a procédé à l’arrestation de trois leaders de la société civile : Maikoul Zodi, coordinateur de « Tournons la page » au Niger et président du Mouvement des Jeunes Républicains, Ibrahim Diori, chargé de plaidoyer d’Alternative Espace Citoyen et Abdourahamane Idé Hassane, président de Jeunesse pour une Mentalité Nouvelle.

Ces arrestations ont fait suite à une nouvelle manifestation non-autorisée contre la loi de finances qui a eu lieu le jour même. Comme leurs collègues détenus depuis le 25 mars, ils sont inculpés pour « participation à une manifestation interdite » et « destruction de biens publics ».

Cette nouvelle vague de répressions porte un grave coup à la société civile et témoigne d’une volonté de décapiter tout mouvement social dans le pays. Cette stratégie jusqu’au-boutiste du gouvernement fragilise durablement la cohésion sociale en empêchant la société civile de jouer son rôle de contre-pouvoir, pourtant primordial à toute démocratie (https://mondafrique.com/larmee-niger-embuscade/.)

Ce matin, MM. Diori Ibrahim, Maikoul Zodi et Abdourahamane Ide Hassane étaient déférés devant le tribunal. La Procédure a été interrompue et de violents affrontements sont en cours entre la gendarmerie et les étudiants de l’Université de Niamey. Plusieurs étudiants ont été évacués à l’hôpital.

L’armée du Niger en embuscade

Partages