Niger, Renault mis en cause par l’Inspection générale des Armées

copyrights Arquus
copyrights Arquus
Partages

Selon le rapport « sur le contrôle a posteriori des marchés publics au ministère de la Défense » produit le 17 février dernier par l’Inspection Générale des Armées, la firme française « Renault Trucks » aurait contractualisé avec le ministère de la Défense du Niger en 2017, dans des conditions qui restent « floues ».

Vingt-cinq milliards de francs CFA (trente-huit millions d’euros) ont été ainsi été affectés « à l’acquisition de 6 véhicules de l’avant blindé et 69 véhicules de type Bastion. » Selon le rapport des inspecteurs, Renault aurait été en compétition pour ce marché avec deux sociétés appartenant à la galaxie d’Aboubacar Hima, dit Petit Boubé. Ce contrat « est soumis à une condition suspensive relativement aux modalités de paiement », prévu en 10 versements, le premier par virement sur un compte en France et les 9 autres par lettres de change, en l’occurrence « des mandatements au profit d’un tiers n’ayant pas partie au contrat. » Détournés de leur destination tel que stipulé au contrat, ces paiement «ont été faits dans des conditions floues », estiment les inspecteurs.

Enfin, la situation d’un lot de pièces de rechange partie intégrante au contrat et d’une valeur de 2,5 milliards de francs cfa (3,8 millions d’euros) « n’est pas connue. »

https://mondafrique.com/niger-76-milliards-de-fcfa-detournes-selon-linspection-des-armees/

Détournements de fonds au Niger: les premières têtes tombent

Partages