Niger, la dictature s’installe

Partages

Le non-droit a atteint son point culminant avec l’arrestation des leaders de la société civile ,des opposants politiques et de plus de 270 élèves et étudiants. A ces hommes et femmes braves, je dis: vous n’êtes pas seuls. La vérité triomphera, Incha Allah.

par Adal Rhoubeid , Président du MDR TARNA

L’inconséquence et l’idiotie ont piétiné les lois de la république dans l’intérêt des princes qui nous gouvernent. Prenons juste un exemple: Quelle est la contribution exacte de l’exploitation de l’uranium et du pétrole au budget national ? Quels sont les détails de l’accord avec Areva et avec CNPC ? Bref une opacité absolue érigée en loi sur les industries extractives. En ne rendant pas public les termes de ces traités , Issoufou a violé la Constitution en son article 150 .

L’inconséquence et l’idiotie ont entrainé des prêts vertigineux auprès des partenaires ( Exim bank, 2 milliards de dollars …). Mais la plus emblématique des inconséquences et des crimes économiques reste sans doute le prêt dit Congolais de 50 milliards de franc cfa. Il n’y a aucune trace de dépenses de ce prêt congolais dans le budget national. Évaporé. Tout cela explique l’apparition de ces nouveaux milliardaires suite à la réalisation des grandes infrastructures surfacturées. Pendant ce temps les priorités constitutionnelles (l’accès à l’eau potable, à l’education à la santé) sont ignorées.

L’inconséquence et l’idiotie ont provoqué la fermeture stupide, injustifiée et injustifiable et injuste des sites aurifères de Djado. Jetant ainsi à la misère des milliers des nigériens qui y trouvaient honnêtement leur compte.

L’idiotie et l’inconséquence ont entrainé la subordination de la justice à l’exécutif , la démoralisation de l’armée nationale sous-équipée, réduite à un rôle de vigile dans ses aéroports et sur son territoire. C’est tout simplement inadmissible.

L’inconséquence et l’idiotie expliquent de manière manifeste l’incapacité du gouvernement à faire libérer mes filles et nos mères de Ngalewa réduites à l’esclavage par Boko Haram depuis plus de 300 jours. Pourtant quels efforts n’ont pas été mis en oeuvre pour libérer les otages d’Areva…

L’inconséquence et l’idiotie ont permis l’installation illégale des forces armées étrangères sur la terre de nos ancêtres. De tous les crimes de Issoufou, celui-ci est le plus abject de par ses conséquences historiques sans précédents. ll remets en cause la lutte anti-coloniale de nos grands parents. Et ce crime démontre une myopie géostratégique à la limite de la stupidité. En filigrane Issoufou espère (probablement) que ces forces le protégeront et lui permettront de rester au pouvoir…Grave erreur.
L’inconséquence et l’idiotie ont abouti à une CENI monolithique, taillée sur mesure, dans le but d’organiser des élections de facade.

Avec tous ces ingredients réunis, si l’on n’y prend garde, le Niger de demain sera une prison à ciel ouvert, un Niger réduit à la féodalité gouriste. Une monarchie dans laquelle même les plus fidèles alliés verront leur actes scrutés, scannés.

Faut-il le rappeler ici, aucune dictature au monde même la plus violente ne s’est autoproclamée dictature. La dictature a toujours porté les habits du peuple et de la démocratie. C’est donc dans les actes posés par les dirigeants que le comportement dictatorial se manifeste. Et aujourd’hui, au Niger, ces actes sont criards.

Le régime de Issoufou Mahamadou déjà illégitime, est désormais illégal et doit être combattu comme tel. Petit à petit la dictature s’installe. Nous avons le plus impérieux des devoirs de l’arrêter. La violation quasi compulsive de la constitution par Issoufou justifie l’insurrection constitutionnelle, c’est à dire une lutte pour que la Constitution survive.

A ceux qui nous demandent si nous n’avons pas peur d’être arrêtés pour ce que nous disons, nous répondons simplement: nous avons plutôt peur de rester libres pour nous avoir tu au moment où il fallait prendre la parole. Car une telle liberté n’en est pas une: c’est la liberté dégradante obtenue par le silence complice et la vile soumission. Elle n’est pas notre choix. »

Partages