Niger, la justice joue l’apaisement

Partages

La justice nigérienne a condamné à trois mois avec sursis les leaders du mouvement de protestation au Niger

Des vagues d’arrestations de militants et leaders de la société civile et membres de TLP avaient eu lieu après les  manifestations au Niger contre la loi de finance 2018. 27 militants et membres de TLP avaient été incarcérés. Une pétition demandant leur libération a été créée et a collecté plus de 6000 signatures. Le 24 juillet, le tribunal de Niamey a rendu son jugement et a condamné les trois leaders (Moussa Tchangari, Ali Idrissa et Nouhou Arzika) à trois mois de prison avec sursis, alors que le parquet avait réclamé trois ans. Ils ont donc été relâchés le jour même. 

Partages
Previous articleCarnet de route (5/8) , Bamako, l’espoir à reculons
Next articleMali, le pouvoir de nuisance de Iyad Ag Ghali
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)