Naissance en Egypte, d’un mouvement d’opposition au Qatar

Partages

Le Ramadan 2014, qui a débuté le 29 juin, est riche en surprises. Alors que les djihadistes du mouvement Dah’ech ont proclamé la mise en place d’un califat sur les territoires conquis en Irak et en Syrie, un mouvement d’opposition au Qatar vient de voir le jour en Egypte

QHLe Ramadan 2014, qui a débuté le 29 Juin, est riche en surprises. La proclamation d’un califat sur les territoires conquis par Dah’ech  en Irak et en Syrie, avec la désignation du chef de l’ISIS Abou Bakr al Baghdadi, comme premier Calife, parallèlement à la naissance au Caire d’un mouvement d’opposition au Qatar.

Réformer sans destabiliser

Le mouvement «Rebellion du Qatar» (Tammarod Qatar) a annoncé sa naissance depuis le Caire s’engageant à «mettre un terme à la corruption dans cet émirat du Golfe».

Le chef du mouvement, Khaled Al Heyl, a indiqué au quotidien libanais «Al Akhbar» que le choix de la capitale égyptienne ne relevait du hasard mais répondait à son souci de tirer le meilleur profit des tribunes médiatiques existant Caire. L’annonce a été faite su siège du syndicat de la presse égyptienne en présence de Mohamad Nabaoui, chef du mouvement contestataire égyptien équivalent «Tammarod Misr» et de plusieurs dizaines d’activistes égyptiens.

Ancien responsable d’une société de «Qatar pour les investissements et le développement», il a indiqué que son mouvement comptait déjà 650 membres dont 85 pour cent résidant à l’intérieur de la principauté, qui se recrutent aussi bien au sein du cabinet princier que du ministère des Affaires étrangères qu’au sein de l’armée.

Khaled Al Heyl a affirmé que son objectif ne visait pas le renversement de la dynastie, mais qu’il allait œuvrer en vue de provoquer des réformes sans pour autant déstabiliser.

La réplique du général Sissi  

Malgré ces précautions d’usage, ce mouvement apparait à bon nombre d’observateurs comme une réplique de l’Egypte au Qatar, le principal  soutien à la confrérie des Frères Musulmans, dont le chef Mohamad Morsi, premier président néo-islamiste démocratiquement élu dans le plus grand pays arabe, a été destitué par un coup d’état militaire avec le soutien saoudien. Une réponse du berger à la bergère en somme que fait le nouveau président égyptien Abdel Fattah Al Sissi, en ce que ses opposants sont les bienvenus pour contrer la propagande de la chaine qatariote Al Jazira, «qui fait office de porte-parole  du Qatar», a assuré l’opposant et qu’ils bénéficieront de toute la puissance de feu médiatique de l’Egypte du réseau Nile Sat, à Radio le Caire, la plus importante radio du monde arabo africain.

Pour aller plus loin pour le lecteur arabophone http://www.al-akhbar.com/node/209553

PAR RENÉ NABA

Partages