Municipales tunisiennes: une possible victoire des islamistes

Partages

Les élections municipales qui ont lieu en Tunisie  ce dimanche 6 mai devraient être marquées par un fort taux d’abstention entre 75 et 80%  des électeurs inscrits. Ce qui devrait avantager les islamistes du mouvement Ennahdha, le plus structuré des partis politiques tunisiens.

Les « sécuritaires » sont autorisés à voter lors du premier scrutin municipal qui aie lieu depuis « le printemps tunisien » de janvier 2011. Une avancée démocratique? En théorie peut-être, mais les résultats de ce vote très partiel qui a eu lieu dimanche dernier est révélateur des impasses du processus démocratique. Seuls en effet 38000 « sécuritaires » s’étaient inscrits sur les 80000 recensés. Et encore ce dernier chiffre reste approximatif en raison de l’omerta qui règne sur les effectifs réels des ministères de l’Intérieur et de la Défense.

Plus grave, ces électeurs inscrits ne se sont guère bousculés, le 29 avril dernier, dans les 259 bureaux de vote. On aura recensé 12% seulement des électeurs attendus et 5% des votants potentiels.

Cette désaffection est-elle à l’image del’ensemble du pays? La plupart des commentateurs le pensent. Le journal « la Presse », l’équivalent à Tunis du quotidien « le Monde », titrait récemment sur « la désaffection générale » des électeurs tunisiens pour ce scrutin! D’après les estimations les plus fiables, seul un petit quart des inscrits devrait se rendre aux urnes

Une classe politique discréditée 

La désaffection des sécuritaires est surtout le reflet d’un pays qui, sept ans après le « printemps tunisien », ne croit plus guère à la vertu des urnes. Autre signal d’alerte pour le multipartisme tunisien, une majorité des électeurs devrait se porter sur des listes indépendantes, dont certaines sont le faux nez des partis existants qui préfèrent avancer masqués. Autant dire que dans un pays qui a vu éclore près d’une centaine de partis, la classe politique n’a pas réussi à s’imposer dans l’opinion.

Le pouvoir tunisien est en effet dominé par une coalition paradoxale entre les islamistes d’Ennahdha et les militants de Nida-Tounes, le parti créé par le vieux bourguibiste au pouvoir, le président Beji Caïd Essebsi. Après s’être affronté violemment aux élections présidentielles de 2014, les deux mouvements ont conclu un pacte inédit qui a vu les ennemis d’hier s’entendre comme larrons en foire dans le partage des postes et des prébendes. Sur fond de faillite du système économique qui voit le dinar tunisien déraper chaque jour un peu plus face à l’euro, les prix s’envoler et le gouvernement dirigé par un jeune Premier Ministre novice mendier auprès du FMI ses fins de mois.

Un jeu politique faussé

Le rejet des deux partis qui gouvernent le pays comme le ferait un parti unique est incontestable. Les sondages effectués en interne par les islamistes semble donner 20% des voix à chacun des deux grands partis et 60% à d’innombrables listes indépendantes.

L’éparpillement des suffrages sera accentué par le choix du scrutin proportionnel choisi à dessein par le pouvoir pour brouiller les cartes qui ne lui sont pas favorables. Dans ces conditions, la dispersion des énergies démocratiques et l’absence de toute opposition alternative contribuent à détourner encore d’avantage la majorité des tunisiens de leur devoir électoral.

Une courte victoire islamiste

Dans cette probable débacle électorale, les islamistes sont les seuls à avoir réussi à maintenir l’unité de leur parti et ont acquis un vrai ancrage dans la Tunisie de l’intérieur, notamment dans le Sud tunisien, où une habile politique clientéliste pratiquée en 2012 et 2013, alors qu’ils étaient au pouvoir, leur assure des fidélités locales nombreuses. La photographie de l’opinion que constitue au mieux cette élection municipale sur laquelle ils ont misé depuis des mois pourrait jouer en leur faveur.

Rached Ghannouchi, le leader islamiste, désormais « relooké » avec des cravates rouges et grenats d’un gout contestable, ne masque plus ses ambitions présidentielles pour 2019.Le résultat des municipales de dimanche prochain pourrait bien priver le président Beji de toue marge de manoeuvre pour recomposer une majorité d’Union Nationale autour d’une nouvelle majorité, un scénario que souhaitent les forces de la société civile, notamment l’UTICA et l’UGTT. Ces deux organisations représentatives des patrons et des salariés, les seuls vrais canaux représentatifs de la société tunisienne, militent en faveur du départ du Premier ministre, Youssef Chahed.

En Tunisie, l’immobilisme est en marche….

 

Partages
Article précédentLe patron de « Mondafrique » pris en filature à Tunis
Article suivantL’armée algérienne bombe le torse face au Maroc
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
abder
Invité

analyse qui n’engage que vous vilain petit divain ,je m’inscris en faux quant a tes propos

jalel
Invité
jalel

Aucune abstention que dans votre souhait quel arrogance et esprit colonial .Mais d’ou vous venez avec cet information tu parle d’un pays ou je vie peut etre que les voies irons vers ENAHDHA pour cette raison t’arrive pas a en croire.en tout cas 6 mai n’est pas loin le monde verra vos monsanges

Tazarki
Invité
Tazarki

C’est sûr la désaffection sera à la mesure de la déception envers le pouvoir en place !

Cherif hossem
Invité
Cherif hossem

Je suis bien désolé pour Nicolas qui a pris à la légère l’explication du l’absentéisme des militaires.