« Monsieur Cazeneuve, apprenez l’histoire des musulmans »

Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée mais aujourd'hui en froid avec le leader des Républicains, Abderrahmane Dahmane s'étonne que l'actuel ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'autorise à faire la leçon aux musulmans

Partages
A l’occasion de son invitation à la rupture du jeûne 2016 par le CFCM, Conseil Français du Culte Musulman, soit dit en passant une coquille vide non reconnue par la majorité des musulmans de France et dirigé par une poignée de supplétifs alimentaires, Monsieur Bernard Cazeneuve a dérapé outrageusement en occultant une page historique de la France concernant les citoyens de confession musulmane. Il demande aux musulmans de France d’assumer leur responsabilité historique face à l’intégrisme islamique, au radicalisme et au terrorisme.
Quelques rappels historiques
Nous rappelons à Monsieur le Ministre que notre responsabilité historique nous l’avons assumée :
· En 1870, à la bataille de Sedan en bloquant le kaiser et permettant ainsi la retraite de Napoléon III vers la Marne.
· En 14-18, les français musulmans autrement dit les musulfrancs ont perdu 80 000 des leurs lors de la bataille de Verdun que la France commémore d’ailleurs l’anniversaire cette année.
· En 39-45, ce sont aussi des milliers de tirailleurs musulmans qui ont libéré Monté Casino, Toulon, Marseille et toute la France contre l’occupation nazie. Le premier bataillon qui a traversé le Rhin en 1944   pour porter le coup de grâce à l’Allemagne hitlérienne était dirigée par un musulman d’Algérie.
Alger, capitale de la France libre
Alger demeure ainsi historiquement la capitale de la France libre qui a permis la mobilisation de toute l’Afrique avec de Gaulle pour abattre le pétainisme et l’armée d’occupation allemande.
Les cimetières, de Monte Casino à Berlin, rappellent d’ailleurs aux amnésiques  et aux compagnons de Monsieur Valls que ces citoyens de confession musulmanes étaient sur le front pour libérer le pays du joug des collaborateurs. Ni le Général Mac Mahon en 1855 lors de la bataille de Sébastopol, ni le Commandant Gambetta à Sedan en 1870, ni le Général de Gaulle n’ont stigmatisé ces valeureux citoyens de confession musulmanes qui ont écrit une page de l’histoire de la France et donc de notre histoire commune. Bien au contraire ils ont loué leur bravoure et leur sens du sacrifice.
Ces français musulmans qui sont tombés au  champ d’honneur les armes à la main pour défendre nos libertés et nos valeurs n’ont aucune leçon à recevoir de ces hommes politiques malveillants et amnésiques et qui devraient au contraire cesser de vociférer contre les héritiers des musulmans patriotes morts pour la liberté de la France.
Monsieur Bernard Cazeneuve, la citoyenneté de nos compatriotes musulmans est inaliénable et ne peut faire l’objet d’une remise en cause par des nostalgiques du pétainisme au sein des partis politiques.
Notre devoir contre le facisme, l’antisémitisme, le racisme, l’islamophobie ou toute forme d’exclusion, nous saurons l’assumer dorénavant à toutes les élections.
La responsabilité historique doit être assumée par ceux qui ont utilisés et laissés faire ces délinquants terroristes provenant majoritairement des prisons de la république et donc dans une certaine mesure issus de l’échec de votre propre politique d’encadrement policier et  judiciaire
Honneur et gloire à tous les combattants de confession musulmane morts pour les valeurs de la république.
Partages