Méchoui de fête pour les prisonniers d’AQMI libérés

Partages

Des images, photo et vidéo, circulent depuis samedi montrant les retrouvailles festives d’une partie des prisonniers djihadistes libérés et de leurs camarades, sans doute dans l’extrême nord du Mali. On y voit Yiad Ag Ghaly, en boubou et turban blanc, très souvent au centre de la photo, congratulant des dizaines d’hommes tout sourire. On y voit aussi une table de fête, un méchoui géant et la prière.

Une centaine d’assiettes de riz sont photographiées pour autant de convives, barbus, vêtus de boubous et de coiffés de chèches. Dix moutons sont rôtis dans le sable et une devine une deuxième rangée sur la droite de la photo.

Yiad Ag Ghaly, en blanc, au centre de la photo, devant le drapeau

Journée de retrouvailles sous les acacias et un abri de toile, drapeau noir, camions : c’est tout ce qu’on aperçoit dans ces images permettant de situer le cadre, a priori désertique, du nord du Mali. Les prisonniers libérés et leurs camarades semblent être des combattants du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans, l’organisation faîtière d’AQMI au Mali, des membres des katibas d’AQMI et de Morabitoune. A priori, il s’agit de ceux qui ont été ramenés il y a une semaine par plusieurs rotations d’avion à Tessalit, dans le nord du pays. La plupart sont de teint clair et appartiennent sans doute aux ethnies touareg et arabe.

D’autres prisonniers ont été relâchés dans le centre Mali. 

Il faut s’attendre à d’autres coups de communication d’AQMI dans les prochains jours car cette libération sans précédent de prisonniers est une belle réussite pour l’organisation djihadiste coiffée par Yiad Ag Ghaly. Elle permettra de galvaniser les militants engagés dans l’organisation, aux dépens de ses adversaires de l’Etat islamique. Ces images sont en revanche reçues comme une gifle pour les soldats engagés sur les fronts du Sahel.

Partages