Mauritanie, la violente répression contre les militants anti esclavagistes

Partages

Les militants du mouvement anti esclavagiste IRA-Mauritanie a organisé une marche pacifique, lundi 15 janvier 2018, pour défendre le sort des victimes d'éxactions à caractère raciste. Les Les photos des militants d'IRA incarcérés dans le bagne de Birmogrein ont été brandies durant cette manifestation. Les effigies du sénateur Mohamed Ould Ghadda et son codétenu Mohamed ould Mohamd Mabareck, mis en prison sans jugement pour s'être opposés au président Aziz, ont été également mises en avant.

Cette marche, ont expliqué les organisateurs de l'événement, visait à attirer l'attention de l'opinion publique nationale et internationale sur l'existence de détenus d'opinion en Mauritanie.

                                                           Répression violente

Le militant d'IRA-Mauritanie, Abdallahi Mohamed, a été passé à tabac par la police le lundi 15 janvier

Très tôt lundi matin, les unités des corps sécuritaires ont quadrillé les rues de Nouakchott, la capitale mauritanienne et procédé à plusieurs arrestations dans les rangs des activistes du mouvement Abolitionniste. Mais cette riposte n'a pas empêché les militants de marcher vers le siège des Nations-Unies.

De très nombreuses arrestations ont été alors orchestrées et certains passés à tabac. Des militantes et des militants, gravement blessés, ont été admis aux urgences de l'hôpital de Nouakchott.

 

Partages
Article précédentCentrafrique, non lieu pour les militaires français
Article suivantLes occidentaux appauvrissent les africains...
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)