Mauritanie, l’enfer du mercure

    Partages

    Dans la ville de Chami (Mauritanie), artificiellement construite en 2016 au milieu de nulle part, une population pauvre venu des campagnes est devenue une main d’oeuvre à bon marché d’orpailleurs (chercheurs d’or!. Mais hélas le mercure qui est utilisé à ciel ouvert et sans précaution pour recueillir la matière précieuse est chargé de toxicité et peut être la source de graves ennuis de santé pour une population abandonnée à elle même.

    Partages
    Article précédentPrésidentielle, le Cameroun retient son souffle
    Article suivantQuant Bouamatou récompensait Denis Mukwege 
    Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

    Poster un Commentaire

    avatar
      S’abonner  
    Notifier de