La Mauritanie annule le mandat d’arrêt international contre Mohamed Bouamatou

Partages

La justice mauritanienne a annulé les poursuites judiciaires visant trois opposants mauritaniens, dont un homme d’affaires et actionnaire de Mondafrique, Mohamed Bouamatou, a appris l’AFP mercredi.

Le pôle anti-corruption du parquet au tribunal de Nouakchott a “annulé les poursuites judiciaires et le mandat d’arrêt” lancé en 2017 pour “corruption et fraude fiscale” contre Mohamed Ould Bouamatou, banquier et bête noire de l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Un associé de M. Bouamatou, Mohamed Ould Debagh, qui ne faisait pas l’objet d’un mandat d’arrêt, n’est également plus visé par des poursuites judiciaires pour “corruption”, selon la même source.

Moustapha Chafi innocenté

Le pôle antiterroriste a également annulé les poursuites et le mandat d’arrêt lancé en 2011 pour “connivence et liens avec les groupes jihadistes au Sahel” contre Moustapha Ould Limam Chafi, un opposant à l’ex-président Aziz connu pour son rôle décisif il y a une dizaine d’années dans la libération d’otages occidentaux enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a-t-elle ajouté.

“Le parquet général au tribunal de Nouakchott a déjà écrit à Interpol pour demander l’annulation des avis adressés à la police internationale” contre ces trois opposants mauritaniens, selon cette source.

“Cette mesure intervient dans le cadre de la volonté d’apaisement et la normalisation du climat politique dans le pays” après l’arrivée au pouvoir du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, a déclaré à l’AFP une source proche du pouvoir.

M. Ghazouani a succédé en août à Mohamed Abdel El Aziz, dont MM. Bouamatou et Chafi, tous deux actuellement en exil, étaient des opposants. L’opposition mauritanienne avait réclamé, lors de rencontres avec le président Ghazouani, l’annulation des mesures prises à l’encontre de ces opposants pour permettre leur retour au pays.

Vers un consensus national?

Sidi Mohamed Ould Boubacar, le perdant des dernières élections présidentielles, salue le bilan de son advesaire d’hier

L’ex-ministre et ancien ambassadeur, également ex candidat à l’élection présidentielle de juin 2019 Sidi Mohamed Ould Boubacar a apprécié dans un tweet la décision prise par les autorités supérieures mauritaniennes, visant à fermer définitivement la parenthèse du dossier politico-judiciaire des hommes d’affaires Mohamed Ould Bouamatou et Moustapha Limam Ould Chavii.

Rendre justice à ces deux hommes d’affaires et à tous ceux qui sont visés par lesdits dossiers, mérite d’être mis en exergue et loué, a-t-il posté.

Cette mesure ressemble à plusieurs autres prises dernièrement sur tous les niveaux, a-t-il affirmé sur sa page Facebook.

Partages
Previous articleTunisie, la crise politique paralyse le pays
Next articleMaroc, le grand flou du Premier ministre islamiste
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)