Mali, les jihadistes laissent flotter le drapeau mauritanien

Partages

Lors de l’attaque terroriste contre le quartier général de la force militaire du G5 Sahel dans la ville de Sévaré au Mali,  les héritiers d’Al-Qaïda ont détruit tous les drapeaux des pays de cette force militaire, sauf celui de la Mauritanie. Quel aveu !

QG G5 SAHEL 7 300x200 - Mali, les jihadistes laissent flotter le drapeau mauritanienLors de l attaque de Sévaré où deux soldats français ont été blessés, les combattants du Front pour la victoire de l’Islam et des musulmans, héritiers d’Al-Qaïda, ont procédé à l’enlèvement des drapeaux des pays participant à la nouvelle force militaire. Surprise, ils  ont laissé flotter le drapeau mauritanien, et lui seul.

Pacte avec le diable

Aucune explication n’a été donnée concernant cette attitude qui n’est pourtant pas si surprenante. Pas plus Al-Qaïda que le pouvoir mauritanien ne sont décidés à rompre la trêve qui existe entre eux depuis 2010, comme l’avaient révélé les médias américains, et qui a sans doute évité à la Mauritanie le moindre attentat meurtirer ces dernières années. En 2013, l’Etat mauritanien, malgré ses engagements, s’en tenu en effet à une position de neutralité dans l’intervention militaire française au Nord Mali

Les Imams mauritaniens, souvent formés en Arabie Saoudite, ont constamment dénoncé, avec la complicité du pouvoir, la guerre impie menée par les Français au Mali. A l’instar de l’Algérie, fidèle allié de la Mauritanie, les forces mauritaniennes refusent de se battre à l’extérieur de leurs frontières et ne tolèrent aucune violation de leurs frontières.

 

Partages
Article précédentMauritanie, le réquisitoire d’Aminetou Mint Moctar
Article suivantSeydou Badian: les Maliens s’éloignent de la France (5/15)
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)