Maroc, la croissance brutale des commandes d’armement

Le Maroc poursuit sa campagne intensive d’armement avec de nouvelles acquisitions de l’ordre de 62 millions de dollars en matériels militaires honorées par la Turquie. 

Le royaume du Maroc a vu ses commandes en armement connaître une croissance exponentielle. Durant le seul mois de septembre, les Forces armées royales ont bénéficié de matériels militaires haut de gamme, fournis par la Turquie et d’Israël. Période d’approvisionnement qui correspond avec l’escalade vis-à-vis de l’Algérie, qui a mené une campagne d’intimidation à l’endroit du voisin marocain.

En effet, après avoir rompu les relations diplomatiques avec le Maroc, Alger a fermé son espace aérien aux avions marocains, militaires comme civils. Même les appareils immatriculés au Maroc sont interdits de traverser l’espace aérien algérien. Comme si ce n’était pas tout, voilà que l’Algérie s’aventure à effectuer des manœuvres militaires navales, tout près de la frontière avec le Maroc.

Un message envoyé au Maroc qui, visiblement, l’a reçu cinq sur cinq. En effet, depuis lors, le royaume s’arme. Israël, États-Unis, Turquie… Les armes viennent de partout. Si en 2020, le montant total des armes turques acquises par le Maroc était de 402 000 dollars, en septembre 2021, c’est un pactole de 62 millions de dollars que le roi Mohammed VI a dégainé pour s’offrir de l’armement chez Erdogan.

Il n’y a pas que la Turquie qui fournit des armes au Maroc. En effet, en début octobre, il a en effet été fait état d’accords militaires et sécuritaires entre Israël et le Maroc. Le royaume aurait conclu des accords d’achat d’armes avec la société israélienne Rafael pour l’acquisition d’une variété de missiles Spike, notamment le Spike LR II et le Spike NLOS. Des drones kamikazes Harop seront livrés entre 2021 et 2024. Un lot de drones turcs Bayraktar TB2 a même été livré au Maroc.

La semaine dernière, le royaume chérifien a reçu un lot de matériel militaire en provenance des États-Unis, d’un coût global de 10 millions de dollars. Ce lot est constitué d’armement et de véhicules de transport militaire. Preuve que le roi du Maroc est en train de blinder son armée.

Previous articleLes succès d’Angela Merkel en Afrique
Next articleLiban, le Hezbollah est lourdement armé
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)