Maroc, bisbilles au sein du PJD

Les relations entre les leaders du PJD, le mouvement islamiste marocain aujourd’hui aux manettes gouvernementales, ne sont pas toujours au beau fixe. Ces derniers jours, des signes de tension entre Abdelilah Benkirane, le Premier ministre, et deux de ses ministres commencent à apparaître en public. Ainsi, selon plusieurs source internes, les relations entre Abdelilah Benkirane d’un côté et d’Aziz Rebbah-ministre de l’Equipement- et d’Abdelkader Amara-ministre de l’Energie- d’un autre côté, ne seraient pas au beau fixe. Le ministre de l’Equipement est soupçonné par son ancien mentor de « sympathie envers le PAM ». Lors des réunions internes du parti, Aziz Rebbah serait le moins chaud pour un affrontement avec le parti d’Ilyas Omari. Chose qui ne plait pas du tout au patron du PJD. D’autres parts, Benkirane reproche à son ministre de l’Energie son manque d’audace et d’initiative dans la gestion de son département. Il y a quelques années, Abdelkader Amara s’était rangé dans le clan qui avait demandé à délester Abdelilah Benkirane de toutes ses responsabilités partisane afin de le pousser vers une retraite politique anticipée.

Previous articleAlgérie, l’incroyable colère de madame Sellal
Next articleQuand le patronat marocain est à contre-emploi
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)