Lorsque Kepel condamnait à mort, sans procès, les djihadistes français

4
617
Partages

L’universitaire français, Gilles Kepel, s’est empressé de se prononcer contre le retour des djihadistes dans leur pays d’origine. Du moins jusqu’à ce le président Trump prenne la position contraire

Le retrait américain de Syrie a posé le problème du retour des djihadistes français. Ces derniers sont surtout détenus par les Kurdes contraints de se rapprocher de l’armée syrienne qui déconseille la détention de ces jeunes « anciens combattants » et préconise les solutions les plus expéditives.

Sur Europe 1, l’universitaire et essayiste, Gilles Kepel, n’a pas manqué d’expliquer doctement que ces Français convertis à l’Islam devenus dhihadistes ne mériteraient pas d’être « logés, nourris et blanchis » dans « nos prisons » avec « l’argent du contribuable ». Le journaliste qui l’interrogeait s’est demandé si l’islamo-politiste pressé était favorable à une « solution finale » qi entrainerait la multiplication des opérations dites « homo » (homicides) du nom donné aux expéditions punitives à l’étranger des services spéciaux français. Ce qui reviendrait à rétablir la peine de mort pour l’appliquer sans jugement à cette catégorie de citoyens.

Des prisonniers de guerre malgré tout

Or les djihadistes restent des prisonniers de guerre. En l’état actuel du droit international, il n’est pas permis d’exécuter les prisonniers, surtout après la fin de la guerre. Une telle solution finale appliquée aux soldats perdus de la guerre contre le régime dictatorial du président Assad est encore plus contestable que le projet de déchéance de la nationalité, cher à l’ancien Premier ministre, Manuel Valls, dont Gilles Kepel était proche.

Le principal argument avancé par Kepel qui invoque « l’argent du contribuable » est d’ordre bassement matériel. Ce qui fait sourire tous ceux qui se souviennent que ce flambeur n’était pas tellement féru de « Rationalisation de Choix Budgétaires  » dans la gestion de budgets pour colloques internationaux.

Gilles Kepel a ajouté encore à la confusion de débats minés par l’émotivité, l’idéologie et l’islamophobie. Ce qu’il aurait du intégrer dans son discours, ce sont les révélations de la presse régionale sur les parcours de jeunes convertis à l’islam. Lesquels sont poussés à partir en Syrie par la rupture brutale avec leurs entourages après leurs conversions à l’islam. Un peu moins d’intolérance dans certaines familles aurait probablement fait diminuer le nombre d’adhésions au Djihadisme. Ce qui explique leur parcours, sans évidemment le justifier. Gilles Kepel et d’autres préfèrent ne retenir, pour expliquer le passage à l’acte djihadiste, qu’une charge contre l’Islam e les musulmans devenus des suspects en puissance.

Tous coupables !

Pour monopoliser la parole, Gilles Kepel a plus d’une fois cherché à disqualifier tous ceux qui ne sont pas arabisants, avant de s’en prendre à la totalité des arabisants français accusés sur la chaine LCP, de « manquer d’impartialité » en raison de leur « parti-pris pro-palestinien ». Lui qui n’a jamais, en quarante ans, condamné la répression israélienne ne peut pas être victime d’un tel procès!

Mais, après s’être opposé au séjour des djihadistes dans les prisons françaises au nom d’une peu convaincante rigueur budgétaire, il se fait plus discret depuis que le président Trump recommande le retour des djihadistes européens dans leur pays.

Entre la fidélité à Valls relégué à Barcelone et l’alignement sur les Américains toujours prèts à inviter des « visitors » étrangers, le coeur de Kepel ne balance pas.Le refus de critiquer les Américains (ainsi que Ies Israéliens) fait partie des rares constantes de ce commentateur aussi pressé que versatile. 

Partages
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
François
Invité
François

Kepel rongeait son frein depuis le 17 novembre. les médias ont du laisser en paix l’islam et les musulmans en France, malgré les vaines tentatives d’accuser les Gilets jaunes de « salafisme » et d' »antisémitisme ». Le sémillant politiste aurait pourtant pu mettre son grain de sel pour squatter l’espace médiatique. Il pouvait notamment expliquer si les manifestants des ronds points tous les samedi sont le fruit du jaunissement de la radicalité ou la radicalisation des Gilets jaunes. Pour mériter son titre de conseiller de Macron sur le pauvre Islam, Kepel aurait pu aider à comprendre pourquoi en 3 semaines, on a réussi à trouver des porte-parole des gilets jaunes; alors que l’on ne trouve toujours pas de vrais représentants de l’islam, la recherche ayant commencé en…1830.

Slogman
Invité
Slogman

Qui a tué Abane Ramdane ?
Qui a donné Amirouche ?
Qui a tué le chanteur kabyle alcoolique dont le nom est aux oubliettes de l’Histoire ?

Cherchez bien !

Slogman
Invité
Slogman

Ce qui m étonné est que vous soyez étonné de découvrir que votre référence GK a le droit d’exprimer ce qu’il veut mais que vous et votre cerveau n’arrivez pas à produire des solutions ! Décidément, bienheureux sois -tu , toi le perroquet répétiteur ! Le régionalisme est un mal dangereux qui signifiera guerres et maladies en attendant que l’ Amazigh soit une langue dans 150 ans ! Personne de sensé ne peut parier sur une langue qui n’a jamais vraiment existé puisqu’il s’agit d’une production dialectale qu’il convient sûrement d’apprendre aux enfants mais en n’excomptant pas de sitôt qu’elle soit une langue des sciences , de la médecine , des techniques ou … même à l’ONU. Comment dit – on tangente en Amazigh ? Il ne faut pas nous faire le coup de tout faire passer par le mot « ligne » ? Il faut bosser pour l’interet de tous et… Lire la suite »

Arminius
Invité
Arminius

Gilles Kepel a raison et vous avez tord de défendre ces salauds. Comment pouvez-vous le faire et oublier les massacres qu’ils ont commis tant en France qu’en Syrie. Si vous le faites c’est que vous éprouvez de la sympathie pour eux et que quelques part vous les soutenez. Sinon, pourquoi un mathematicien de formation comme vous court plus les congres islamistes (au soudan, par exemple) que les congres de mathematiques? En effet votre penchant pour l’islam radical est douteux. Par manque de courage vous préférez, mieux, maniez la plume pour défendre l’islam et ces salauds de terroristes que prendre les armes pour participer à la terreur islamiste. Il y a deux types de musulmans et vous le savez, les égorgeurs et les rémouleurs. Les terroristes que vous defendez sont des égorgeurs et vous un rémouleur. Pour votre gouverne les lois de la guerre ne s’appliquent qu’aux soldats d’états reconnus en… Lire la suite »