L’or d’Areva récupéré par l’ancien bras droit de Lauvergeon

Partages

Au moment où le groupe Areva est en pleine déconfiture, plombant l’Etat de plusieurs milliards, Sébastien de Montessus, l’ex-bras droit d’Anne Lauvergeon, récupère quelques bijoux de famille

annelauvergeonweb03Quel cri de bonheur et de victoire lancé en aout 2012 par Sébastien de Montessus quand il est nommé PDG de La Mancha. La Mancha ? Ce n’est pas seulement la patrie de Don Qichotte, c’est aussi un important consortium minier d’origine canadienne,  une firme qui compte dans le domaine de l’exploitation des gisements d’or sur toute la planète.  Dans le monde de l’extraction, Monsieur de Montessus, le nouveau PDG si content de lui, n’est pas n’importe qui.

Tout en étant membre du Directoire d’Areva, jusqu’en mars 2012, il a été aussi Directeur des activités d’extraction et d’enrichissement d’uranium du géant nucléaire français. Ce jeune homme qui avait toute la confiance de sa patronne d’alors,  Anne Lauvergeon,  a joué auprès d’elle le rôle de conseiller numéro un en matière de stratégie… d’achat ou vente de mines par exemple.

« Atomique Anne »

Au printemps 2012 c’est assez précipitamment que notre génie, qui soudain fait petite mine, quitte Areva. Il est coincé dans une vilaine affaire d’écoutes téléphoniques, illégales et sauvages, diligentées à sa demande contre sa présidente, « Atomique Anne ». A moins de 40 ans le jeune Sébastien quitte Areva et, miracle, se retrouve un petit boulot dans une de ses filiales : La Mancha, le consortium de mines d’or cité plus haut.  Notre aristocrate bricole en France où, le boum du prix du métal jaune  aidant, on envisage de rouvrir de vieilles exploitations.  Ainsi la société Cominor, une holding de La Mancha  obtient sous la houlette de notre « aristocrate authentique » un Permis Exclusif de Recherches (PER),  afin de creuser dans la Creuse. Le tout par miracle puisque sans aucune consultation locale !  Mais les écolos et les paysans veillent : le projet avorte.

Pas grave pour Montessus  puisque dès le mois de juillet 2012, 63% de la valeur de La Mancha  sont rachetés par Weather II Investments la firme du milliardaire égyptien Nagib Sawiris. Mieux  – d’où le hourra poussé par notre « mineur » en chef habile à chopper le bon filon est donc nommé PDG de La Mancha. Magnifique.

Pourtant, un communiqué publié par Areva, en aout 2012, après la vente des 63% contre 250 millions d’euros au puissant égyptien Sawaris, nous attire l’œil, je cite : « La cession de la participation d’Areva dans La Mancha Resources Inc s’inscrit dans le cadre du plan stratégique « Action 2016 » lancé en décembre 2011 par le groupe ». Si l’on comprend bien, en décembre 2011,  Montessus Sebastien participait  à la mise  sur le marché de la mine d’or d’Areva. Et, en aout 2012, c’est Sébastien de Montessus qui devient PDG d’une entreprise dont il aurait initié la cession… Est-ce possible ?

C’est vrai que notre mineur est un as en matière de minerais. Il n’avait rien trouvé à redireà l’idée d’Aréva d’acheter, contre deux milliards d’euros, des gisements d’uranium en Centrafrique et en Namibie. Gisements vides ou non exploitables rachetés à la société canadienne  Uramin. Au moment où la disparition de l’ancien empire de Lauvergeon est sur le tapis, revenir sur le parcours de Montessus est un devoir. La notice Wikipedia de notre mineur  nous  signale qu’il est issu d’une famille « authentiquement noble » !

Heureusement que notre Sébastien, dont le papa a travaillé à Framatome, est doté d’un bon bagage aristocratique car, côté diplômes, il est un peu court : un parchemin de l’ESSEC-Paris et pas plus. Mais le jeune homme sait naviguer,  n’a t-il pas  présidé le club de voile de son école ? Sorti de classe, il se lance dans les affaires, participe au miracle d’Internet et lève les millions comme un haltérophile la fonte.  Sauf  que sa société, Ofye, se casse la figure.

Il tombe alors sur une bonne fée, Anne Lauvergeon.   Et voilà notre ESCP installé à la Direction stratégique d’Areva. Il  fait un sans faute, jusqu’à devenir en 2010, comme nous l’avons dit,  Directeur des activités d’extraction, un poste généralement confié à un « X-Mines ».

En 2011,  notre Sébastien est nommé membre du Directoire… Hélas le scandale arrive par deux canaux, celui des « zonzons », des écoutes illégales qu’il aurait commandées, et celui des milliards perdus en Afrique. C’est alors qu’il doit démissionner et se recaser à La Mancha  où il semble avoir une main d’or.

 

A la suite de la publication de cet article,

nous avons reçu le courrier suivant de l’avocat de 

Sebastien de Montessus
Monsieur le Directeur de Publication,
J’interviens en qualité de conseil de Monsieur Sébastien de Montessus.
Dans un article publié sur votre site intitulé « lor d’Areva récupéré par l’ancien bras droit de lauvergeon » en date du 08 juin 2015, l’extrait suivant a retenu l’attention de mon client:
 » C’est vrai que notre mineur est un as en matière de minerais. Il avait trouvé l’excellente idée d’Areva d’acheter contre deux milliard d’euros, des gisements d’uranium en Centrafrique et en Namibie. Gisements vides ou non exploitables rachetés à la société canadienne Uramin « .
Je vous précise que Monsieur Sébastien de Montessus est devenu directeur des Mines d’Areva postérieurement à l’acquisition à laquelle vous faites référence et qu’il n’y a donc pas participé.
En conséquence, je vous remercie de bien vouloir corriger l’information inexacte figurant dans votre article.
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur de Publication mes salutations distinguées.
Cordialement,

Patrick MAISONNEUVE

 

La réponse de Mondafrique. Nous modifions la formulation que nous avions utilisé, compte tenu de la précision juste apportées

par Maitre Maisonneuve

Partages