L’offensive turque en Afrique sub-saharienne.

Partages

Les échanges entre la Turquie et le continent africain ont été multipliés par deux cent en vingt ans.

En un peu moins de vingt ans, lles échanges entre la Turquie et l’Afrique sont passés de 100 millions de dollars à plus de 20 milliards de dollars. L’objectif affiché est d’atteindre dans les 5 ans les 100 milliards de dollars.

L’influence turque ne se limite pas à l’économie. La stratégie d’entrisme d’Erdogan concerne le secteur militaire avec une base en Somalie, l’action humanitaire, l’éducation avec le financement de bourses à des étudiants ou de madrasas pour propager une forme d’islamisme radical propre aux frères musulmans.

Cette stratégie est favorisée par une croissance économique de plus de 7 % en 2017, après les 3,3 % de 2016 et les 5,9 % de 2015 qui masque de nombreux problèmes : la livre turque a perdu depuis début 2018 près de 20 % de sa valeur à cause notamment d’une inflation à plus de 11 % et des comptes extérieurs déficitaires;
Partages
Article précédentHama Amadou: le Niger doit innover
Article suivantNiger, Boko Haram cause la mort de dix victimes
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)