Liban, les dessous de l’assassinat de Lokman Slim

Partages

L’intellectuel chiite anti Hezbollah, Lokman Slim, qui a été assassiné à Beyrouth planifiait la défection d’un homme d’affaires proche du Hezbollah

Le site web de la chaîne arabophone al-Arabiya a posté jeudi en milieu de journée un article rapportant ce qui est présenté comme des informations sur les dessous de l’assassinat du journaliste et écrivain libanais Loklam Slim, l’un des principaux et farouches opposants chiites au Hezbollah libanais, qui a été enlevé et exécuté dans la nuit de mercredi à jeudi au Liban-Sud, dans une région contrôlée par le Hezbollah. Selon la chaîne en question, l’opposant chiite a été torturé avant d’être abattu.

Lokman Slim, militant de la paix

Sous la plume de Mona Alami, qui était très proche de Loklam Slim, l’article révèle que l’opposant chiite planifiait la défection d’un homme d’affaires qui se livrait à des opérations de blanchiment d’argent pour le compte du Hezbollah. L’homme d’affaires en question avait été la cible de sanctions américaines en raison de son activité sur ce plan. Ces derniers temps, il avait exprimé le désir de faire défection et de quitter le Liban en obtenant une protection étrangère. Loklam Slim aurait entrepris des contacts discrets à cet égard afin de faciliter la défection de l’homme d’affaires.

Parallèlement, l’opposant chiite aurait mené des investigations sur les sources de financement du Hezbollah, notamment en ce qui concerne d’éventuels liens entre les personnes qui se livraient à des opérations de blanchiment d’argent au profit du Hezbollah, d’une part, et certains fonctionnaires au sein de la Banque centrale libanaise, d’autre part.

Sur le plan des réactions, le Quai d’Orsay ainsi que le président libanais Michel Aoun ont souligné la nécessité de mener une enquête rapide afin de déterminer les circonstances du meurtre et en dévoiler les commanditaires. De son côté, l’un des principaux ténors de l’opposition au régime libanais et à la mainmise iranienne sur le Liban, l’ancien député libanais Farès Souhaid, a mis en garde contre la relance des assassinats politiques au Liban, soulignant que Lokman Slim a été assassiné dans une région contrôlée par le Hezbollah. « Si ce n’est pas le Hezbollah qui est responsable de ce meurtre, qu’il dévoile les responsables de cet acte », a souligné Farès Souhaid.  

Partages
Previous articleL’assassinat de Lokman Slim, principal opposant chiite au Hezbollah
Next articleMahmoud Dicko: « Il faut refonder le Mali »
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

10 COMMENTS

  1. C’est insupportable ! Et le monde continue de regarder, anesthésié. A quand la fin de ces mafieux criminels avides de sang et par quel moyen s’en débarrasser ?

  2. Une autre victime du régime des mollahs en Iran… Les victimes se comptent par peuple à commencer par notre grand peuple syrien. Le projet théocratique et expansionniste de l’Iran n’a aucun avenir dans le monde arabe. C’est une question de temps !

  3. On ne trouvera jamais les commanditaires de ce crime odieux… Les pseudos démocrates par leurs lâchetés rendent possible de tels crimes, arrêtez d’être complaisant à l’égard du Hezbollah et de l’iran !!!

  4. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, toute esprit critique à l’égard du Hezbollah et de l’iran équivaut à une peine de mort

  5. Trop triste et injuste… Un martyr de la pensée libre, un homme courageux qu’ils ont essayé de terroriser jusque dans sa maison ! Sincères condoléances à sa famille…

  6. Lokman, chercheur passionné et fervent défenseur de la laïcité, avait notamment travaillé sur les problématiques de la mémoire, si peu considérées au Liban… Toutes mes pensées accompagnent son épouse, Monika !

Comments are closed.