Liban, le replâtrage gouvernemental de Negib Mekati

Un gouvernement confié à l’homme d’affaires Negib Mikati, originaire de la ville sunnite de Tripoli, a enfin été constitué au Liban, fruit de laborieuses tractations entre les diverses communautés qui se partagent le pouvoir 

Est ce que le coup de fil qui a eu lieu entre les présidents libanais et iranien qui aurait été à l’origine de l’accord gouvernemental obtenu au Liban après treize mois de tractation interminable?  Ou bien faut-il comprendre que les ultimes discussions entre les gendres respectifs du Premier ministre et du Président ont permis, à la libanaise, de trouver enfin un accord? Personne à Beyrouth ne peut trancher sur les raisons qui ont condduit la classe politique libanaise à s’entendre enfin.

Une certitude, le parti pro iranien, le Hezbollah chiite, a lâché un peu de lest. Et s’il l’a fait, c’est qu’il a eu des ordres de Téhéran pour le faire.

L’Intérieur sous obédience du Premier ministre

Le Président Aoun qui gouverne sur la base d’un accord avec les formations chiites, dont le Hezbollah, a obtenu la nomination d’un tiers des ministres qui lui assure une minorité de blocage. Toutes les grandes décisions gouvernementales peuvent être en effet bloquées au Liban si une majorité des deux tiers du conseil des ministres ne soutient pas l’initiative.

C’est ainsi que  les ministères d ela Justice et des Affaires étrangères ont été attribués à des proches du Président de la République. En revanche, le ministère de l’Intérieur, décisif lors des élections qui devraient se tenir dans quelques mois, reste sous le contrôle du Premier ministre, le sunnite Negib Mikati. 

 

–       Premier ministre : Negib Mikati

–       Ministre de l’Intérieur : Bassam Maalaoui

–       Ministre de la Santé : Firas Abyad

–       Ministre de l’Environnement : Nasser Yassine

–       Ministre de l’Economie : Amine Salam

Maronites

–       Ministre des Affaires étrangères : Abdallah Abou Habib

–       Ministre des Télécommunications :  Johny Corm

–       Ministre du Tourisme : Walid Nassar

–       Ministre de l’Information :  Georges Cordahi

–       Ministre de la Justice :  Henry Khoury

Chiites

–       Ministre des Finances : Youssef Khalil

–       Ministre des Travaux publics : Ali Hamyeh

–       Ministre de l’Agriculture : Abbas Hajj Hassan

–       Ministre de la Culture : Mohammed Mortada

–       Ministre du Travail : Moustapha Beyram

Grecs orthodoxes

–       Vice Premier ministre : Saadé Chami

–       Ministre de l’Energie : Walid Fayad

–       Ministre de la Défense : le brigadier à la retraite Maurice Slim

Grecs catholiques :

–       Ministre des Affaires sociales : Hector Hajjar

–       Ministre de la Jeunesse et du Sport : Georges Kallas

Druzes :

–       Ministre de l’Education : Abbas Halabi

–       Ministre des Déplacés : Issam Charafeddine

Minorités

–       Ministre du développement administratif : Najla Riachi

Arméniens 

–       Ministre de l’Industrie : Georges Dabakian    

Previous articleQuand la CIA voulait éliminer Lumumba au Congo
Next articleLiban, treize mois pour former le gouvernement de Négib Mikati
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.