Les Forces Armées marocaines veulent fabriquer leurs propres armes

Partages

Les délégations envoyées par les Forces Armées Royales (FAR) se succèdent dans les capitales de plusieurs pays à la recherche de partenaires éventuels qui aideraient le Maroc à se doter d’une industrie militaire intégrée. Jusqu’à maintenant, le Maroc était principalement un grand acheteur des systèmes d’armement, mais depuis que le général de corps d’armée Bouchaib Arroub a été nommé à la tête de l’Inspection général des FAR, les choses ont commencé à bouger. Le Maroc s’intéresserait notamment à la fabrication de drones et d’avions légers, de vedettes armées de canons, de multiples munitions, ainsi que de véhicules blindés. Le royaume dispose déjà dans ces secteurs d’un noyau civil assez performant. Les premières délégations dépêchées l’ont été dans un premier temps en Espagne, au Portugal, en Italie, en Serbie, en France et en Ukraine. D’autres pays seraient sollicités par la suite.

Partages