Les 200 millions du clan Nezzar en Espagne restent introuvables

Partages

Contrairement à ce qu’avait écrit « Mondafrique » en reprenant certains sites algériens, les preuves n’existent pas d’un blanchiment massif à Barcelone, à hauteur de 200 millions d’euros, du général Nezzar et de son fils

Dans un souci de rigueur professionnelle, Mondafrique doit admettre avoir été un peu vite en besogne en reprenant, il est vrai au conditionnel, la piste d’un blanchiment massif dans l’immobilier espagnol du général Nezzar et de son fils Lotfi.

Une réussite indéniable

Ce qui est certain est que Lotfi Nezzar, après avoir développé des affaires florissantes dans l’internet et l’agriculture en Algérie, a décidé, voici deux ans, de résider à Barcelone où il a acquis un appartement et un terrain de 6000 mètres carrés. Il est vrai aussi que le fils du général Nezzar était en guerre judiciaire, depuis plusieurs années, avec les autorités de régulation algériennes, notamment en matière de règlement de TVA. Pour autant, les investigations de Mondafrique, auprès notamment de sources des services espagnols, ne conduit à aucun achat massif de terrains et de villas en Espagne par le clan Nezzar, et certainement pas à hauteur de 200 millions.

Apparemment une confusion a pu être faite entre le capital de la société créé par Lotfi Nezzar en Espagne, soit deux millions d’euros, et les fonds de deux cent millions d’euros que certains médias ont pu évoquer.

Mondafrique, quels que soient ses différents avec le général Nezzar et sa famille, se doit de reconnaitre son erreur.

Partages