L’enquète du Port de Beyrouth marquée par des morts violentes

Des personnes qui auraient vraisemblablement été utiles aux investigations se sont tues à jamais dans des conditions suspectes.

Joseph Skaff, un officier chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent et les drogues dans les douanes, qui avait mis en garde contre le danger de la cargaison du Rhosus sur la sécurité publique, a été retrouvé mort, en 2017, à Beit Chaar (Metn). Son collègue, Mounir Abou Rjeily, a été assassiné en décembre 2020, à Qartaba (Jbeil). Moins de trois semaines plus tard, Joe Bejjani, un photographe qui aurait été en possession de clichés compromettants du port, a été tué devant son domicile, à Kahalé (Aley). Enfin, Lokman Slim, chercheur et opposant au Hezbollah, qui avait publiquement accusé le parti chiite de stocker le nitrate d’ammonium pour le compte du régime syrien, a été assassiné à Addousiyé (Liban-Sud), en février 2021.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.