Mauritanie, des législatives plombées d’avance

0
Partages

Le président mauritanien Aziz a donné un signal fort de sa volonté de contrôler de bout en bout les élections législatives qui doivent voir lieu en septembre prochain. Le 29 mai, le ministère de l’intérieur en Mauritanie, décide d’interdire le meeting du mouvement anti esclavagiste IRA. Ce parti d’opposition sans concession, qui n’est pas autorisé aujourd’hui malgré une popularité grandissante, souhaitait marquer, par cette réunion, le début de la campagne électorale.

 

Voici la profession de foi de Biram Dah Abeid, leader anti esclavagiste mauritanien

Je m’appelle Biram Dah Abeid. J’ai voué ma vie à la lutte contre l’esclavage, l’impunité et l’injustice. C’est une promesse que j’ai faite à mon père, qui a épousé une esclave et a vu sa famille déchirée par l’esclavage. Aujourd’hui, je vous écris du fond d’une prison dans laquelle j’ai été jeté pour avoir appelé à la fin de cette pratique cruelle. Mon pays, la Mauritanie, a le pire problème d’esclavage de la planète. La majorité des esclaves sont des Haratines (nom donné aux esclaves et anciens esclaves), communauté représentant 50% de la population mauritanienne. Les bébés naissent sous la coupe de leurs maîtres, et sont contraints de les servir toute leur vie. En octobre 2008, j’ai pris la décision de créer IRA Mauritanie (Initiative de Résurgence pour le Mouvement Abolitionniste), une association indépendante, pacifique et non violente dont le but premier est de délivrer notre pays du fléau de l’esclavage…

Son site internet : http://biramdahabeid.org

Partages