Le site Algériepatriotique se fait Hara-Kiri

Partages

Le site Algériepatriotique, proche de l’ancien DRS (services algériens), annonce qu’il cesse de paraitre. Un signe parmi d’autres d’une reprise en main des médias algériens par l’Etat Major de l’armée.

Un par un, les médias se rallient au pouvoir du moment, à savoir l’état major de l’armée, devenu l’arbitre omniprésent de la transition politique actuelle. Dans un retournement peu glorieux, on voit des sites qui ont servi la soupe au clan Bouteflika être à l’avant garde de l’hallali contre les oligarques du régime passé, les Haddad, Kouninef et autres prédateurs du régime passé.

L’élan « libertaire »

Les « parrains » d’Algériepatriotique – le général Nezzar, chantre de la répression anti islamiste et le général Toufik, patron de l’ex DRS (services algériens)- ,étaient plus que d’autres dans le viseur de Gaïd Salah,le tout puissant chef d’état major. Le site Algériepatriotique a en effet mené, ces dernières semaines, un combat d’arrière garde contre les maitres de l’heure, cherchant à attiser les braises de la mobilisation populaire qu’ils qualifient avec faveur de « libertaire ». Le terme fait sourire chez les zélateurs d’un DRS qui nous avait habitués dans le passé à des sympathies politiques plus martiales.

Dans une langue de bois particulièrement abscons, le dernier éditorial publié par le site revendique une totale indépendance. « Les actionnaires d’Algeriepatriotique qui confectionnaient le site avec le précieux concours d’une équipe de professionnels émérites ont décidé que cette riche aventure doit cesser pour que cesse avec elle l’ambiguïté autour de l’indépendance du site ».

En clair, l’équipe du site, soupçonnée avec raison de combattre Gaïd Salah, proteste contre cet affreux procès d’intention. Du coup elle préfère disparaitre. A-t-elle eu vraiment le choix? Rien n’est moins sur, tant les amis de Gaïd Salah mettent actuellement les médias en coupe réglée.

Une dernière salve

Cette théâtrale sortie s’accompagne d’une dernière salve contre la prise de pouvoir par les militaires ralliés à l’état major. « Nous voilà donc arrivés à cette étape de l’histoire contemporaine de l’Algérie dont Algeriepatriotique a ardemment souhaité l’avènement. Cependant, une situation nouvelle s’est créée qui veut qu’aujourd’hui la confusion mène à des tiraillements et des manipulations nuisibles pour la stabilité et la sécurité du pays ».

Voici sans doute l’ultime coup de pied de l’âne Toufik à son ennemi juré, le général Gaïd Salah, qualifié de « manipulateur nuisible »

Partages
Previous articleLe Soudan n’est pas une réplique du printemps arabe
Next articleAlgérie, Gaïd Salah sur écoutes
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)