Le régime marocain vent debout contre Emmanuel Macron

Le gouvernement marocain vient d’annuler, pour « des motifs d’agenda » peu convaincants, les rencontres qui devaient avoir lieu, les 23 et 24 janvier, avec le sous directeur Afrique et Moyen orient du ministère français de la Défense, l’ingénieur général de l’armement Olivier Lecointe. Le comité consultatif de coopération judiciaire qui devait se tenir les 30 et 31 janvier a été lui aussi annulé. Autant de signes d’un malaise grandissant entre Paris et Rabat

Les Présidents de la République français qui se sont succédés au pouvoir sous la Veme République avaient tous coutume de peser au trébuchet leurs relations avec le Maroc et l’Algérie, les deux frères ennemis du Maghreb. Qu’il s’agisse de Mitterrand, Chirac, Sarkozy ou Hollande, tous ont tenté de préserver des relations apaisées aussi bien avec les militaires algériens qu’avec le Royaume chérifien. Ce qui supposait quelques contorsions diplomatiques sur le dossier délicat du Sahara occidental

Cette démarche équilibrée n’est plus de saison. L’adepte du « en même temps » qu’est Emmanuel Macron a, cette fois, choisi son camp et privilégié, depuis son arrivée au pouvoir, les relations confiantes qu’il entend nouer avec le président Tebboune, en faisant l’impasse sur le rôle de figurant que joue ce dernier dans le dispositif institutionnel algérien, Au détriment de ses liens avec le Palais Royal, où certains dénoncent, depuis plusieurs années, une véritable arrogance française.

L’axe Paris-Alger 

L’annonce d’un voyage officiel en France du chef d’état algérien au printemps n’a pu que renforcer le sentiment d’un deux poids deux mesures. La visite à Paris, le lundi 23 janvier, du chef d’état major algérien, le général Chengriha, annonçant quelques achats d’armement et préparant la venue de son Président, est une première dans les relations franco-algériennes. Autant d’annonces protocolaires spectaculaires qui témoignent de l’état d’esprit d’Emmanuel Macron à l’égard du régime algérien qui n’a jamais été rappelé à l’ordre pour la répression brutale infligée aux mobilisations populaires du Hirak.

On connait les raisons qui incitent le Président français à renforcer les relations bilatérales avec l’Algérie: la sécurisation de l’approvisionnement en gaz dans cette période de tension; la possibilité d’une coopération avec l’allié algérien au Sahel, cette Afrique sub saharienne où on assiste au rejet de la France et à un rapprochement clair des juntes militaires avec l’Algérie; la volonté constante enfin de pacifier les relations mémorielles avec l’immigration algérienne. 

Et tant pis si la relation franco-marocaine souffre de cette préférence algérienne et d’une politique restrictive de visas pour l’ensemble de la population marocaine, y compris au sein de de la classe moyenne éduquée et francophone.

Des lourds contentieux

Sans s’avancer beaucoup, il y a fort à parier que le voyage d’Emmanuel Macron au Maroc, annoncé à plusieurs reprises et toujours reporté, n’est pas pour demain. D’autant que de nouvelles incompréhensions se sont ajoutées à des contentieux plus anciens.

Ces dernières années, une sévère guerre des services met à mal les relations entre les deux pays Des centaines de courriels et de documents confidentiels de la diplomatie marocaine et du service de renseignements extérieurs (Direction générale d’études de documentation) ont été diffusés sur Twitter, voici quelques années, par un profil anonyme qui se faisait appeler « Chris Coleman ». Or, d’après les sources de Mondafrique, on sait désormais qui se cachait derrière cet anonymat : la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), les services secrets français.

On comprend que dans ces conditions les relations se soient refroidies entre les deux pays, tant la divulgation de ces courriers classés secret Défense n’est pas un procédé habituel entre deux pays traditionnellement alliés.

L’affaire Pegasus, ce logiciel israélien performant qui aurait été utilisé, selon la presse française, par les services marocains, y compris pour écouter le Président français, n’a guère amélioré le climat entre les deux capitales. Emmanuel Macron n’a jamais démenti ces allégations. Plus généralement, le rapprochement entre le Royaume chérifien et la droite israélienne a provoqué une irritation profonde des français qui perdent de fait le rôle d’interlocuteur privilégié du Maroc

La guerre en Ukraine enfin qui a vu les Marocains adopter des positions très conciliantes à’égard de la Russie n’a guère amélioré le climat diplomatique entre les deux pays..

Climat malsain à Bruxelles

L’actualité récente à Bruxelles, ces derniers jours, a achevé de noircir le tableau. Le régime marocain a été accusé, au même titre que le Qatar et à partir de simples fuites dans la presse, de tentative de corruption de députés européens. Vraies ou fausses, ces accusations n’ont pas été pour l’instant confirmées par les autorités judiciaires belges.
Cette brèche médiatiquequi a fracassé l’image du régime marocain en Europe a provoqué, le 19 janvier, le vote d’une motion de défiance du Parlement européen sur la liberté de la presse au Maroc. Seuls les socialistes espagnols et les amis de Maine Le Pen se sont opposés à cette critique en règle du processus démocratique marocain. Les élus français proches du mouvement présidentiel « Renaissance », emmenés par un proche d’Emmanuel Macro, Stéphane Séjourné, ont été en pointe dans cette offensive contre le Maroc.. 
Autant de rebondissements fort mal vécus à Rabat par une classe politique unanime et par la presse gouvernementale qui ont dénoncé une campagne orientée. S’il est vrai que tes trois journalistes maintenus en prison au Maroc dans des conditions anormales nuisent inutilement à l’image du Royaume, le processus démocratique marocain reste incontestable, contrairement à ce qui se passe dans la plupart des pays de la région. Qu’on en juge. Le Maroc a été gouverné pendant dix ans par des islamistes. L’alternance politique est réelle et le pluralisme de la presse incontestable. Les journalistes étrangers enfin qui n’obtiennent qu’exceptionnellement des visas pour l’Algérie peuvent circuler librement de Tanger à Marrakech.
Les élus européens, empêtrés dans des affaires de corruption, ont tenté de se refaire une virginité à bon compte !    

15 COMMENTS

  1. Mettre le focus sur la démocratie et la liberté d’expression, pour des pays comme ceux du maghreb et du moyen orient est important mais peut être aussi une distraction dont il faut se méfier. Pensez d’un côté à la Chine, la Malaisie, la Corée du sud… et de l’autre côté au Liban, Tunisie, Irak, Libye …. “La démocratie prématurée” sans préparer le terrain culturel et économique a été pour le moins calamiteuse dans le monde arabe.

    A ce stade, la démocratie ne devrait pas être une fin en elle-même. Il faut d’abord: A) Nourrir et Bâtir ensuite B) éduquer et soigner. Le reste viendra. En d’autres mots apprenons à marcher avant de courir. En France, par exemple, le droit de vote pour les femmes n’a été obtenu qu’un siècle après celui des hommes…. Comme quoi, dans tout processus il y a des étapes. Il faut aussi s’attendre à ce que la définition des priorités voie s’interférer des forces externes, comme les consortiums médiatiques puissants, le parlement européen, des ONG instrumentalisées et d’autres entités intéressées. Il faut tenir bon.

    Quant au Sahara, c’est une cause (intégrité territoriale) nationale pour tout marocain … Je me demande ce que ça représente pour tout algérien? Le gouffre de la manne pétrolière et gazière? Le chemin vers la libération? On sait tous où mènent Les chemins des « Mad Dogs” du middle-east. Libye, Syrie, Irak, Algérie (des années 1990s – deux cents mille morts) …

    Le Maroc comme l’Algérie ont devant eux de grands défis de développement humains, le plus important, à mon avis, étant la mentalité militariste du régime algérien qui, faute d’un projet de développement et d’une vision de gouvernance civile, a pour priorité d’obstruer le développement du Maroc. Le système politico-économique algérien drogué par les rentes pétrolières, ne sachant pas établir une machine libérale et capitaliste qui produise et prospère. Le PIB du Maroc (sans pétrole ni gaz) se rapproche de celui de l’Algérie (la différence passant $100M en 2012 à $20M en 2021) malgré des cours favorables d’hydrocarbures.
    Chaque contrat d’arme signé des deux côtés dans cette course imposée par les dirigeants algériens, équivaut à une école, un parc, un hôpital, une entreprise, une route de moins. Qu’il y ait concurrence dans le développement économique et humain et non dans ce gâchis irresponsable qui tire vers le bas et vers l’obscure.

  2. Bonjour, les caporaux marocains, même si personne ne le dit, ne valent guère mieux que ceux d’Alger. Ils sont tout aussi affairistes et leurs rejetons vivent tous entre Berne et Washington. La seule différence c’est que les caporaux algeriens s’occupent de la politique pendant qu’il est formellement interdit d’en faire pour ceux du Maroc. C’était le deal entre hassan 2 et son elite militaire. Pour tout le reste, ça me fait rire de voir marocains et algériens se chamailler parce qu’en matière de corruption et d’atteinte aux libertés, collectives et individuelles ils sont classés à la même enseigne. Et si l’indice de développement a tjrs été meilleur en Algérie c’est parce que le pays dispose de beaucoup plus de richesses. Mais avec ces mêmes richesses, un autre régime aurait fait de l’Algérie au sommet du monde, au lieu de se contenter d’une comparaison avec un pauvre pays comme le Maroc. Les 2 régimes, pour se maintenir et maintenir leurs privilège utilisent exactement la même stratégie de la tension permanente afin de détourner leurs opinions publiques des vrais enjeux. Si en Algérie, lors du hirak, on a constaté une large prise de conscience, ce n’est malheureusement pas encore le cas au Maroc où le niveau d’instruction et culturel des masses populaires est moindres. Que les algeriens et les marocains sachent que s’il le faut, pour sauver leur peau, ceux qui les dirigent sont capables de déclencher une guerre. L’intérêt de leurs peuples, pour les uns et pour les autres, ne rentre pas du tout en ligne de mire, raison pour laquelle les citoyens éclairés des 2 côtés de la frontière doivent rester vigilants. Quant au Sahara occidental, personne ne décidera à la place des sahraouis. Ce n’est pas parce que la France est restée 130 ans en Algérie que ces derniers sont devenus français. Merci de mettre des guillemets autour de caporaux. Et je ne sais pas pour le Maroc, mais pour l’Algérie, je sais qu’il n’y a pas de que des caporaux mais aussi de vrais généraux qui se respectent. Arrêtons de nous tirer dans les pattes et restons fraternels et bons voisins.

  3. @Chaoui-arguez, c’est toi qui est à côté de la plaque avec @youssef! En tant que marocain je n’accepte pas que quelqu’un dirigé par des caporaux depuis 1962 vient me donner des leçons ou parler de liberté d’expression. Pour ce qui est des affaires maroco-marocaines, on les règle entres marocains et nous n’avons pas besoin de vous pour le faire. Pour ta gouverne, Akhanouch qui a été élu d’ailleurs de manière démocratique ne fait pas l’uninamité chez tous les marocains et j’en fais partie. Je ne suis pas d’accord avec ses politiques et s’il a dit ce que @youssef prétend alors montrez moi une vidéo ou cette déclaration officielle et je serais le premier à initier une pétition pour qu’il démissionne ou qu’il présente ses excuses aux marocains. Le Maroc est un pays sur la bonne voie de la démocratie et tous les citoyens ont le droit de critiquer voire demander la démission du gouvernement ou de tout ministre qui oublie pourquoi il a été élu. Dernièrement, beaucoup de marocains ont demandé la démission du ministre de la justice, ce qui n’a pas conduit les autorités à les mettre en prison comme ça se passe chez vous en Algérie. Le proverbe qui parle de quand la prostituée parle d’honneur s’applique bien sur vos deux là.

  4. Le pouvoir algérien s’agite comme une poule sans tête à susciter des peurs chez le peuple algérien sur la prétendue menace israélo-marocaine pour faire l’unité contre lui tout en agressant depuis 45 ans le Maroc au Sahara et en lui menant une guerre économique derisoire. Or, le Maroc a tenu en respect à plusieurs reprises l’armée des generaux sans l’aide d’Israël quand eux étaient assistés massivement des russes et des cubains.
    Or, le bon sens populaire des algériens qu’on a vu lors du Hirak reprimé n’est pas dûpe: le peuple veut enfin son independance confisquée par des généraux grabataires,racistes, dépassés, corrompus, et préoccupés uniquement par les visas et les places de leurs enfants dans les lycées français comme l’a rappelé Xavier Driencourt ex Ambassadeur de France dans son livre  » l’enigme algérienne ». On crache sur la France au Sénat algérien, et on mendie dans le bureau de l’ambassadeur des faveurs medicales ou des visas. Quelle gloire!

  5. Je ne partage pas votre analyse sur la situation des libertés publiques au Maroc, où je me rend régulièrement
    uant au Sahara, je pense que le Polisario est devenu un mouvement sclérosé, refermé sur lui même et coupé des réalités.
    Qu’on le veuille ou non, le destin du Sahara occidental après cinquante années de présence marocaine, est aujourd’hui lié au Royaume chérifien
    dans une relation dassociation que les diplomates devraient s’employer à définir. merci en tout cas, cher lecteur, de prendre la peine
    de livrer une analyse et non des insultes comme le font les services algériens à travers des textos médiocres et inutiles.

  6. @Zied .. Calme toi ce n’est pas moi qui est parlé de rééduquer les marocains mais ton premier ministre .Mais la tu ne vas rien trouver a y redire n’est-ce pas. Tu respect tes supérieurs.

  7. La France a enfin compris qu’elle ne peut plus continuer à travailler avec le principe : »Le Maroc est une maitresse dont on n’est pas forcément amoureux mais que l’on doit défendre ».
    L’intérêt de la France réside dans une relation apaisée, calme et d’égal à égal avec une Algérie forte et stable. Après plusieurs scandales : Pegasus pour espionner Macron lui-même, la corruption de députés européen pour influencer leurs politique vis-à-vis du Maroc, le chantage à l’immigration, l’occupation du Sahara occidental, les actes hostiles envers l’Algérie et d’autres voisins, le trafic de hashish, et j’en passe, ont fini par convaincre les européens que le Maroc est une source de problèmes et qu’ils ne peuvent plus cautionner ce transfuge à travers une politique de maquillage. La face sombre du royaume commence petit à petit à se montrer et l’image idyllique d’un royaume exemplaire et meilleur élève de l’Europe prend de l’eau de toutes parts.
    Bien évidement, le Maroc va gesticuler face à la France et va essayer de jouer au cop mais, se sachant tributaire à 100% des aides européennes il ne pourra pas claironner longtemps. C’est un pays qui n’a jamais voté un budget en équilibre, il a toujours quémandé des aides européennes et des pays du golf. Même ses acquisitions d’armement sont payés par les occidentaux et les pétrodollars.
    Il n’aime pas l’Algérie à un point que vous n’imaginez même pas. Elle lui renvoie sa vraie image à la figure. Il a toujours essayé par tous les moyens d’y mettre le KO en vain.
    Il devra encore compter avec elle dorénavant.

  8. Pourquoi les algeriens sont si haineux ?
    Et tellement doux avec leurs colonisateurs?
    Après on dira que non, l’Algérie est autonome ! Mdr

  9. Bonjour,
    Enfin un article, même s’il est vraiment soft, sur le Maroc. J’aurais aimé voir Nicolas Beau traité de façon objective la liberté d’expression au lieu de balancer « le pluralisme de la presse incontestable ». Comme s’il n’est pas au courant.
    Voici ce que donne l’enquête REPORTERS SANS FRONTIÈRES : « Le Maroc figure à la 135e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse en 2018. »

    1). Omar Radi : Médiapart le 04/03/2022 : »Le journaliste marocain Omar Radi a été condamné en appel à six ans de prison pour « atteinte à la sécurité d’État » et « viol ». (l’instrumentalisation du combat contre les violences sexuelles et sexistes).
    https://www.mediapart.fr/journal/international/040322/le-journaliste-marocain-omar-radi-ecope-de-six-ans-de-prison-en-appel
    2). Soulaimane Raissouni : Le figaro du 24/02/2022 : »Le journaliste marocain Soulaimane Raissouni a été condamné à cinq ans de prison pour «agression sexuelle»
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/maroc-le-journaliste-soulaimane-raissouni-condamne-en-appel-a-cinq-ans-de-prison-20220224
    3). Rabie Al Ablaq : rfi du 2/04/2022 est inculpé dans la foulée pour « manquement public au respect et à la révérence dus à la personne du roi » condamnation à 4 ans de prison ferme et 20 000 dirhams, soit 1 900 euros, d’amende pour offense envers le roi.
    https://www.rfi.fr/fr/afrique/20220426-maroc-4-ans-de-prison-ferme-pour-un-journaliste-pour-offense-envers-le-roi
    J’arrête là parce la liste est longue et vous pouvez la trouver sur internet.
    La corruption des eurodéputés par les services du Maroc, qui datent de plus de 20 ans, est un secret de polichinelle. La justice Belge a obtenu des preuves des ex-eurodéputés aujourd’hui en prison.
    Le jour où Monsieur Nicolas Beau traiterait le sujet du Sahara occidental occupé par le Maroc et des prisonniers Sahraouis.
    Le jour où je verrais des articles sur le grand scandale de l’exportation de la drogue en Europe (France, Belgique et Pays Bas) où chaque année des milliers de tonnes de drogues sont déversées en Europe. Les hommes politiques sont responsables de cette situation catastrophique pour la santé les jeunes générations.

  10. Bonjour,
    @Ziad, juste une remarque concernant le commentaire de Youssef, je pense vous aurez du bien lire la phrase avant de vous précipiter pour répondre à côté de la plaque. La phrase citer par Youssef « Celui qui croit qu’il peut venir insulter les institutions du pays n’a pas sa place au Maroc Qui veut vivre au Maroc doit respecter sa devise et sa démocratie. Les insultes ne nous feront pas avancer. Et excusez-moi, mais ce n’est pas la justice de faire ce travail……Nous devons rééduquer les marocains qui manquent d’éducation » .
    Elle n’est pas de Youssef mais d’Akhanouch d’après son commentaire. Ou peut être les guillemets ne veulent rien dire pour vous.

  11. @youssef, va voir ce qui se passe chez toi en Algérie avant de venir nous donner nous les marocains des leçons!
    Par ailleurs, tu dis « Et excusez-moi, mais ce n’est pas la justice de faire ce travail……Nous devons rééduquer les marocains qui manquent d’éducation » Merci pour votre tribune », mais tu es qui toi pour dire que les marocains manquent d’éducation et qu’il faut les rééduquer?! Comment quelqu’un comme toi qui n’a ni histoire ni état et qui vit sur la rente de l’hsitoire, tu vis comme un apartheid partout où tu vas et tu traites les marocains de mal éduqués? Viens éduquer les marocains alors et tu vas voir.

  12. Monsieur Beau, votre analyse contient quelques éléments erronés! Je vais essayer de les corriger. D’abord, les trois journalises dont vous parlez ont été jugés ou en cours de jugement par une justice aussi indépendante que la justice française. Lorsque des gens y compris des politiciens ou des journalistes en France sont accusés de viol et de traite d’humains, ils sont jugés quelque soient leurs position sociale ou leur fonction à l’image de plusieurs personnalités. Toutefois quand cela se passe au Maroc, vos politiciens et vos journalistes créent au scandal, à la manipulation…tout en refusant aux victimes leurs droits les plus élémentaires à la justice. Croyez vous qu’une femme française ou un homosexuel français a plus de droits et a plus droit à la justice que leurs semblables marocains? Si oui, alors la discussion s’arrête là. Ensuite, l’affaire pégasus n’a jamais été prouvée, pire encore car la société israélienne a catégoriquement nié avoir vendu ce logiciel espion au Maroc mais a bien confirmé l’avoir vendu à plusieurs dizaines de services de sécurité européens dont les allemands, espagnols, français etc etc etc. En Espagne, d’ailleurs, la CNI a prouvé que ce n’était pas le Maroc qui avait espionné la ministre de la défense espagnole et d’autres hauts responsables mais plutôt les services de sécurité espagnoles. Quant au parlement européen, c’est le berceau de la corruption et de la manipulation des vérités. Les eurodéputés sont l’image de l’europe d’aujourd’hui, des borgnes qui ne voient ce qui se passe dans le monde. Les eurodéputés français avaient tort de mener cette guerre contre le Maroc au PE car le Maroc est un partenaire stratégique incontestable de l’Europe mais aussi de la France. La France de Macron a oublié que c’est grâce aux services de sécurité marocains que plusieurs attentats ont été déjoués sur le sol européen et français. Que grâce à ces services que le terroriste Abaoud a été interpellé avant qu’il ne commette un autre attentat dans l’hexagone. Le PE oublie que le Maroc déploient de dizaines de milliers d’éléments de sécurité pour stopper l’immigration clandestine?! Finalement, toute cette guerre que la France de Macron mène contre le Maroc n’aura que l’effet inverse, les marocains sont forts dans l’adversité! Cette situation va juste pousser le Maroc vers plus de partenariats avec Israel, les USA, l’Inde, la Chine et même la Turquie. Le Maroc a montré sa résilience et sa capacité à encaisser les coups bas, exemple en date les crises avec l’Allemagne et l’Espagne. De ce fait, beaucoup de contrats stratégiques dont les nouvelles lignes TGV, les nouveaux ports, les réacteurs nucléaires à utilisation civile… vont partir à d’autres partenaires. Le Maroc construit le présent mais aussi l’avenir avec des projets stratégiques structurant avec ses partenaires les plus fiables. Le perdant dans cette histoire sera l’amitié franco-marocaine et surtout les entreprises des deux pays. La politique du bâton et de la carotte qui date de l’ère de la guerre froide ne marche plus avec les pays africains et encore moins avec un pays comme le Maroc qui prospère dans l’adversité.

  13. il en aura fallu du temps pour avoir un article sur le Maroc. Même si je vous trouve plutôt conciliant avec ce pouvoir c’est déjà ca . Vous ne parlez pas des prisonniers politique torturés comme Zefzafi ou l’ancien bâtonnier et ancien ministre des droits de l’homme qui a pris 3 ans alors qu’il est âgé de 80 ans autant dire perpette . Quand a la liberté de la presse au Maroc je vous propose d’aller faire un article qui ne soit pas conciliant avec l’occupation du Sahara occidental et vous verrez qu’on vous mettra manu militari dans le premier avion pour Paris . Demandez a l’excellent journaliste Ali Lmrabet ce qu’il pense de la liberté de la presse dans son pays. Les marocains dans leur ensemble savent qu’on ne peut pas parler de certaines chose sinon c’est le couperet. Même des franco-marocains nés en France lorsqu’ils rentrent au Maroc ne sont pas aussi revendicatif qu’en France car ils savent ce qu’ils risque .
    Une dernière chose vous parlez souvent de l’ accaparement des richesses par une mafia en Algérie mais pas un mot sur le premier ministre pompiste Akhanouch qui vend du carburant a son peuple et qui est l’auteur de ces paroles « Celui qui croit qu’il peut venir insulter les institutions du pays n’a pas sa place au Maroc Qui veut vivre au Maroc doit respecter sa devise et sa démocratie. Les insultes ne nous feront pas avancer. Et excusez-moi, mais ce n’est pas la justice de faire ce travail……Nous devons rééduquer les marocains qui manquent d’éducation » Merci pour votre tribune

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.