Le Québec: oui au crucifix, non au port du voile

Partages
Réputé libéral et ouvert, le Québec amorce lui aussi un virage anti immigrés spectaculaire
L’entreprise de sondage québécoise CROP a effectué ces jours ci pour le compte de Radio Canada qui vient d’en publier les résultats une étude qui porte sur l’immigration et la laïcité dans la province francophone. Cette publication intervient alors que le nouveau 1er Ministre québécois, François Legault, prononce un discours programme à l’Assemblée Nationale de la Province….
Or selon ce sondage, tous les thèmes qu’il a défendu pendant la campagne semblent bien être quasiment plébiscités par les Québécois: oui à la limitation de l’immigration, non au port des signes religieux par les employés de l’Etat et les enseignants. La majorité des sondés (55%) souhaite néammoins que le crucifix affiché à l’Assemblée Nationale y reste pour des raisons « patrimoniales »-.
Une capacité d’intégration « dépassée »
64% des Québécois sont pour la limitation de l’immigration à 40000 personnes par an -10000 de moins que ce qui était autorisé jusque là- malgré la pénurie de main d’oeuvre qui frappe le Québec et qui était la raison invoquée par les prédécesseurs libéraux du nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec. Selon François Legault en effet « la province a dépassé sa capacité d’intégration ».

65 à 72% des Québécois sont par ailleurs favorables à l’interdiction du port des signes religieux pour les employés de l’Etat en position d’autorité -juges 72%, policiers 71%, gardiens de prison 67% – y compris les enseignants (65%)…. 49% d’entre eux se montreraient même en faveur du départ de ceux qui ne se plieraient pas aux nouvelles règles (1).

Ce sondage sera très discuté à l’Assemblée Nationale où il est loin de faire l’unanimité. Largement majoritaire au Parlement québécois, le gouvernement a donc toute latitude pour mettre en route son programme électoral sur ce point.

La faute aux médias

Pour les opposants de gauche de Québec Solidaire, ce sont les médias qui ont amené cette perception de la situation alors qu’il n’y aurait pas de problème sur le terrain.
L’opposition passera également par les tribunaux puisque plusieurs syndicats -et notamment ceux de l’enseignement- ont déjà fait savoir leur opposition aux mesures préconisées par la CAQ. Un professeur de philosophie de l’Université de Montréal précise: « les interdits de signes religieux vont à l’encontre du droit québécois, à l’encontre du droit canadien et à l’encontre du droit onusien ».
Les avocats se frottent les mains.

(1) Lors d’un sondage pratiqué en mars 2017, 4 Canadiens sur 10 jugeaient que les immigrants menaçaient la pureté et l’identité du Canada. Et, dans ce même sondage, 32% des Québécois et 23% des autres Canadiens souhaitaient que l’immigration des musulmans soit interdite…..
Partages

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de