Le patron du Polisario, Brahim Ghali, hospitalisé en Espagne sous un faux nom

Partages

Le secrétaire général du Polisario, Brahim Ghali, gravement malade, n’a pu être hospitalisé en Europe que sous une fausse identité algérienne.

La présidence algérienne a chargé il y a trois jours son chargé d’affaires en Allemagne afin de trouver une place dans un hôpital allemand pour le patron du Polisario dont la santé déjà chancelante (cancer de l’appareil digestif; contamination au Covid-19). Bien que pessée par les Algériens, Berlin a opposé un niet catégorique afin de ne pas envenimer encore plus les relations avec Rabat devnues orageuses.

Alors, les responsables algériens ont jeté leur dévolu sur l’Espagne, ancienne puissance colonisatrice du Sahara occidental. Selon les médias espagnols, des tractations ont eu en haut lieu entre les deux pays. C’est que Brahim Ghali fait aujourd’hui l’objet de plusieurs plaintes déposées auprès de la justice espagnole par d’anciens membres du Polisario pour violation des droits de l’homme.

Brahim Ghali a été finalement transféré à Logroño, pas loin de Saragosse. Un avion médicalisé affrété par la Présidence algérienne a donc transporté dans l’urgence le secrétaire général du Polisario en Espagne où il a été enregistré sous une fausse identité, Mohamed B, muni d’un passeport diplomatique algérien.

 

Partages
Previous articleLa formation du gouvernement libanais passe par le Vatican
Next articleBarkhane, les 1200 Tchadiens venus en renfort quittent le navire
Ancien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres: "Les beurgeois de la République" (Le Seuil) "La maison Pasqua"(Plon), "BHL, une imposture française" (Les Arènes), "Le vilain petit Qatar" (Fayard avec Jacques Marie Bourget), "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)