Le patron de l’armée algérienne en visite en France

Le dernier déplacement d’un chef d’état-major algérien datait de 2006. La visite qui commence ce lundi s’annonce comme «hautement symbolique».j

Le chef d’état-major algérien Saïd Chengriha entame lundi 23 janvier une visite officielle en France, la première en 17 ans d’un patron de l’armée algérienne, à l’invitation de son homologue français Thierry Burkhard, a annoncé le ministère de la Défense à Alger.

L’Algérie est sur le point d’augmenter son budget militaire de 130%, d’après l’avant-projet de loi de finances dont Mondafrique a une copie. Une façon de financer son ambition de rester un acteur de premier plan au Sahel, qui devrait être au coeur des discussions entre le général Chengriha et les Français Le budget du département de la Défense passera d’environ dix milliards de dollars, un niveau qu’il n’a pas dépassé depuis au moins huit ans, à 22,6 milliards de dollars, un montant jamais égalé depuis l’indépendance du pays et équivalent au budget de l’Etat tunisien, tout en étant le plus élevé d’Afrique.

Le Sahel, une priorité absolue

La composition même du budget indique que près de cinq milliards de dollars devraient être alloués à des interventions directes ou indirectes hors des frontières algériennes, probablement au Sahel. Inscrits au chapitre « logistique et support multi-domaine » ces crédits pourraient servir à une aide militaire aux armées du Niger, du Mali, de Mauritanie et du Burkina-Faso. Lequel Burkina a désormais toute sa place dans les plans qu’Alger concocte pour le Sahel.
Autre initiative, les groupes armés du Nord du Mali signataires des Accords d’Alger de 2015 pourraient bénéficier d’un support matériel de l’Algérie, alors qu’ils sont directement confrontés aux groupes djihadistes notamment dans la zone dite « des trois frontières » ou encore au nord du Mali

La sinécure du fils Chengriha

Le chef d’état makpr a une autre rison de suivre de près la situation française. C’est que sont fils vit à Paris, après avoir travailé à l’ambassade d’Algérie. D’après les sources de Mondafrique, le rejeton mènerait joyeuse vie. Ce qui n’est pas compatible avec l’image de l’héritier du patron de l’armée algérienne. D’où la nécessité pour le général Said Chengriha de veiller de près à la situation fort gènante créée par le mode de vie de son propre fils sur les bords de la Seine (voir l’article ci dessous: »la confortable sinécure à Paris du fils du patron de l’armée algérienne »)

Le général M’henna demande à la France la neutralisation des opposants algériens

Algérie, la confortable sinécure à Paris du fils de Saïd Chengriha, le patron de l’Armée

1 COMMENT

  1. D’abord je tiens à vous signaler les nombreuses erreurs d’orthographe dans votre article.
    Par ailleurs, dans le monde entier, votre enfant majeur est un homme à part entière et vous n’êtes pas responsable de ses actes. Sauf pour l’Algérie et quand vous êtes militaire, tout ce que fait votre fils est de votre responsabilité, de votre faute. Tu peux être le meilleur des hommes en matière d’intégrité et d’honnêteté mais tu peux avoir un fils complètement indigne qui fait n’importe quoi. Pourquoi ne pas accorder cette jurisprudence aux algériens ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.